•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une première traversée pour l’Apollo

La navire Apollo Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le navire Apollo a quitté Matane à 14 h jeudi, à destination de Baie-Comeau. Il s'agit de la première traversée sur le fleuve pour le service de traversiers entre Matane et la Côte-Nord depuis cinq jours.

Soulagement pour le porte-parole de la Société des traversiers du Québec (STQ), Alexandre Lavoie. Bonne nouvelle pour nos clients aujourd’hui. On est en mesure d’offrir un service fiable, régulier et sécuritaire, dit-il.

Le traversier acquis au coût de 2,1 M$ par la STQ devait entrer en service le 1er février, mais des travaux non prévus, entre autres sur les gicleurs, ont dû être réalisés.

L'Apollo restera jusqu'en avril, et si tout se passe comme prévu, un nouveau navire plus récent va prendre le relais, le MV Saaremaa. Les démarches continuent en vue de son acquisition avec un fournisseur, précise-t-il. L’objectif c’est d’avoir un navire qui peut être utilisé ailleurs sur le réseau de la Société des traversiers du Québec, mais il sera prêt à venir prendre la relève ici à Matane.

L'Apollo a une capacité de 80 voitures et 240 passagers.

Ce texte a été modifié parce qu'il contenait une erreur. Dans une version précédente, on pouvait lire que la capacité de l'Apollo était de 180 voitures et 600 passagers.

On voit plusieurs tables et des chaises dans une salle à manger. Elles se trouvent à l'intérieur d'un navire. L'intérieur du navire Apollo Photo : Radio-Canada

Depuis deux semaines, le CTMA Voyageur donnait priorité au transport lourd, de sorte que très peu de véhicules ont pu traverser.

L'entrée en service de l'Apollo marque aussi la fin de la desserte aérienne qui avait été mise en place pour les usagers voyageant à pied, qui ne sont pas autorisés à bord du CTMA Voyageur.

La STQ souhaite toujours vendre l'Apollo au terme de son séjour sur la traverse Matane-Baie-Comeau-Godbout, et ce, malgré la présence d'amiante à l'intérieur.

Deux hommes se trouvent sur un débarcadère d'un traversier. Ils portes une veste de sécurité. Le débarcadère de l'Apollo Photo : Radio-Canada

Bientôt un rapport sur la table

Le navire F.-A.-Gauthier, en cale sèche depuis le 14 janvier, ne sera pas de retour avant le mois d'août, au minimum.

La STQ donne peu de détails sur les causes et sur les coûts de réparation depuis sa mise en cale sèche. Le rapport final d’analyse est en rédaction actuellement. Les experts de la STQ, les experts du fabricant et un expert externe ont été mandatés pour produire chacun un rapport. Toutes ces conclusions sont mises en commun, mentionne M. Lavoie.

Les problèmes de propulseurs du navire ont déjà coûté plus de 2 M$ à la STQ depuis le début de l'année, essentiellement pour les pièces de rechange, les travaux en cale sèche et l'affrètement du CTMA Vacancier. On ne commentera pas, pour l’instant, la nature ou la raison des bris. On va poser les actions qu’on peut pour récupérer les sommes qui ont été engagées, ajoute-t-il.

Le ministre François Bonnardel et le nouveau PDG de la Société des traversiers du Québec, Stéphane Lafaut, vont rencontrer les élus et la presse lundi.

D'après les informations de Michel-Félix Tremblay

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Transports