•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les tarifs de BC Hydro pourraient grimper de 8 % sur 5 ans

Des compteurs d'hydroélectricité

Dans son rapport, l'ancien directeur du Conseil du Trésor, Ken Davidson, affirme que les contrats pourraient coûter 16 milliards sur 20 ans aux clients de BC Hydro.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les Britanno-Colombiens peuvent s'attendre à payer 8 % de plus pour leur électricité au cours des cinq prochaines années. Le gouvernement provincial indique que la première hausse de 1,8 % entrera en vigueur le 1er avril, si elle est approuvée par la commission des Services publics.

Cette annonce survient alors qu'on apprenait tard mercredi soir que BC Hydro est lié par des contrats conclus en 2010, qui l'obligent à acheter une part de son électricité à des fournisseurs locaux à des prix supérieurs au marché, selon un rapport commandé par le gouvernement néo-démocrate de la province.

Dans son rapport, l'ancien directeur du Conseil du Trésor Ken Davidson affirme que les contrats pourraient coûter 16 milliards de dollars sur 20 ans aux clients de BC Hydro, soit l’équivalent de 200 $ par famille par an.

Le logo de la société d'État BC Hydro.

BC Hydro demande à ses abonnés de payer 25 cents par mois pour aider ceux qui ont un compte en souffrance.

Photo : Radio-Canada

Il met en cause le gouvernement libéral de Gordon Campbell, qui aurait inventé un besoin urgent d’électricité tout en interdisant à BC Hydro de la produire. Le fournisseur aurait alors été obligé de signer des contrats avec des fournisseurs privés, ce qui a créé une augmentation artificielle du prix de l’électricité dans la province.

Selon la ministre de l’Énergie de la Colombie-Britannique, Michelle Mungall, qui a commandé le rapport, cette pratique a déjà coûté aux clients de BC Hydro 3,2 milliards de dollars.

Une femme portant un veston blanc qui s'adresse à la presse.

La ministre de l’Énergie de la Colombie-Britannique, Michelle Mungall, s'adresse à la presse concernant un nouveau rapport.

Photo : Radio-Canada / Michael Mcarthur

Un petit nombre de producteurs d’électricité indépendants en profitent, tandis que les clients sont coincés dans un plan de financement pour 40 ans.

Michelle Mungall, ministre de l’Énergie de la Colombie-Britannique

Dans plusieurs cas, l’approvisionnement en électricité n’était pas adapté aux besoins des ménages, selon Ken Davidson. Par exemple, parmi les 105 contrats signés ces 17 dernières années, 71 concernent de l’hydroélectricité produite dans des rivières dont le débit est le plus fort au printemps, au moment où la demande en électricité est la plus faible et où les réservoirs de BC Hydro sont pleins.

L’ancien directeur du Conseil du Trésor recommande de mettre fin à l’obligation de BC Hydro d’être autosuffisante, ce qui lui interdit d’importer de l’électricité ou d’augmenter ses capacités de production et l'oblige à acheter l’énergie à des entreprises privées.

Ken Davidson recommande aussi que les contrats avec les fournisseurs indépendants d’électricité soient conclus au prix du marché, que les appels d’offres soient plus transparents et que la Commission des services publics de la Colombie-Britannique reprenne le pouvoir de contrôle sur BC Hydro.

BC Hydro a réagi dans un communiqué en précisant que « le gouvernement s'intéresse aux contrats d'énergie depuis l’an dernier dans le cadre d’une évaluation de BC Hydro dans son ensemble et il donnera ses orientations au cours de la semaine. Notre priorité reste d'assurer des tarifs abordables à nos clients et nous continuerons à travailler avec le gouvernement pour diminuer nos coûts ».

Colombie-Britannique et Yukon

Énergies renouvelables