•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une prison « pire que la mort » attendrait El Chapo aux États-Unis

Un homme retenu par des policiers.
Joaquin « El Chapo » Guzman lors de son arrestation en 2016 à la suite de sa deuxième évasion d'une prison à sécurité maximale du Mexique. Photo: The Associated Press / Eduardo Verdugo
Radio-Canada

Les spéculations vont bon train aux États-Unis sur le choix de la prison qui recevra le narcotrafiquant Joaquin « El Chapo » Guzman, reconnu comme un maître de l'évasion. De l'avis des experts, les services correctionnels américains devraient opter pour la prison à sécurité maximale de Florence, au Colorado, un endroit « pire que la mort », selon son ancien directeur.

Outre le fait qu’il ait été à la tête du plus puissant cartel de drogue du Mexique, Joaquin « El Chapo » Guzman est aussi réputé pour avoir réussi à s’évader à deux reprises de prisons à sécurité maximale au Mexique.

Extradé aux États-Unis en 2016 après avoir été repris par les autorités mexicaines, El Chapo a été reconnu coupable mardi dernier de tous les chefs d’accusation portés contre lui au terme d’un procès de trois mois à New York.

Ce verdict devrait lui valoir à coup sûr au minimum une condamnation à la prison à vie dans une prison américaine. Mais laquelle sera assez sûre pour héberger ce « maître de l’évasion »?

Selon des experts interrogés par CBC, le Bureau fédéral des prisons des États-Unis devrait opter pour la prison ADX Florence, au Colorado.

Une prison dans un désert.Érigée en plein désert, la prison de Florence, au Colorado, abrite les criminels les plus dangereux des États-Unis. Photo : The Associated Press / Brennan Linsley

L'Alcatraz des Rocheuses

Surnommé « l’Alcatraz des Rocheuses » par les gens qui y travaillent, le pénitencier à « sécurité super maximale » de Florence a été ouvert en 1994.

Construit dans une région désertique à l’ombre des Rocheuses, à 180 kilomètres au sud de Denver, l’ADX Florence compte actuellement 407 détenus. La prison peut en accueillir jusqu’à 490, mais elle n’a jamais atteint sa pleine capacité.

Outre sa situation géographique qui constitue un niveau de « sécurité naturelle », l’enceinte de deux kilomètres carrés est gardée par six tours de surveillance à l’extérieur du périmètre, en plus de six autres à l’intérieur du complexe.

Tous les miradors sont dotés d’instruments de surveillance sophistiqués et bien entendu de gardes armés qui patrouillent 24 heures sur 24.

Trois miradors alignés dans le désert.Quelques-uns des nombreux miradors de la prison de Florence, au Colorado. Photo : The Associated Press / Chris McLean

« Il serait extraordinairement difficile de s’en échapper », estime Martin Horn, professeur au John Jay College of Criminal Justice à New York.

« Étant donné le passé et la réputation de Guzman, je suis sûr que c'est le plus inquiétant avec lui. Ils ont une très grande capacité à gérer des prisonniers comme ça en termes d'effectifs, de régime pénitentiaire et de sécurité physique », explique Martin Horn.

Selon les enquêtes réalisées à l’époque, si « El Chapo » a pu s’évader deux fois des prisons les mieux gardées du Mexique, c’est avant tout grâce à un réseau de complices tant à l'extérieur qu'à l’intérieur des murs et de gardiens que sa fortune lui a permis de soudoyer.

Les services correctionnels américains n’ont pas l’intention de reproduire les erreurs de leurs confrères mexicains en laissant un puissant narcotrafiquant riche à millions libre de ses mouvements dans une prison normale.

L'isolation pour châtiment

Vue d'une des cellules de la prison de Florence, au Colorado.Vue d'une des cellules de la prison de Florence, au Colorado. Photo : AP / MARK REIS

Selon Robert Hood, qui a dirigé l’ADX Florence de 2002 à 2005, si Guzman est envoyé là-bas, il ne reverra probablement jamais un autre détenu de sa vie.

L'une des particularités de cette prison à sécurité super maximale est que les détenus y sont totalement isolés les uns des autres; ils sont confinés dans leur cellule 23 heures sur 24, avec la possibilité d’en sortir seulement une heure par jour, seul, dans une zone sécurisée.

La cellule d'El Chapo serait d'environ 2 mètres sur 3,5 mètres, avec des murs et une porte en béton insonorisés.

Une table en béton, un tabouret en béton et un lit en béton avec un matelas en mousse mince y seraient son seul mobilier. La cellule serait assortie d’une petite fenêtre étroite, mais Guzman ne pourrait pas l'atteindre pour regarder dehors. Il ne pourrait que différencier le jour et la nuit.

Munie également d’une douche, la cellule est conçue pour éviter le plus possible à son occupant d’avoir à en sortir, mais aussi d’entrer le moins souvent possible en interaction avec ses gardiens.

« Pire que la mort »

« Ce n'est que mon opinion personnelle, mais je ne sais pas si quelqu'un mérite d'être dans un endroit comme celui-ci », a confié à CBC l’ex-directeur Robert Hood.

Il n'y a pas d'autre façon de le dire, c'est pire que la mort.

Robert Hood, ancien directeur de l’ADX Florence

Côté divertissement, Guzman pourrait avoir droit à un téléviseur avec une programmation préapprouvée. S'il arrivait à lire un journal, dit Robert Hood, il serait vieux d’au moins 30 jours.

C'est le Bureau des prisons qui déciderait si Guzman aurait droit à des visites ou s'il pourrait parler au téléphone. Sa femme, qui l’aurait aidé à s’évader au Mexique en 2015, n’aurait probablement pas le droit de le visiter et la direction de la prison pourrait aussi l’empêcher de voir ses enfants ou ses anciens associés pour éviter que ces derniers ne lui fournissent de l’information en provenance de l’extérieur, précise le professeur Martin Horn.

Aller au supermax dans le Colorado, c'est conçu pour ne pas vous priver simplement de votre liberté et de votre temps. C'est conçu pour couper la tête du serpent, et il serait considéré comme la tête du serpent.

Robert Hood, ancien directeur de l’ADX Florence

Avec les plus grands criminels du pays

Bien qu’il risque de ne jamais les apercevoir, El Chapo Guzman aurait quelques « célébrités » du monde criminel pour voisins, dont le cerveau de l'attentat à la bombe de 1993 au World Trade Center, Ramzi Yousef; le conspirateur de l’attentat d'Oklahoma City, Terry Nichols; Dzhokhar Tsarnaev, coauteur de l’attentat à la bombe du marathon de Boston en 2013; et Ted Kaczynski, aussi connu sous le nom d'Unabomber.

Les autres locataires de l’ADX Florence sont en général des meurtriers de masses, des tueurs en série ou encore des détenus d’autres prisons qui ont tué des policiers, des gardiens ou des codétenus dans d’autres pénitenciers.

Lorsqu’ils entrent à l’ADX Florence, ils ne peuvent plus utiliser les gens, ils ne peuvent plus abuser des gens. Ils ne peuvent pas faire beaucoup de choses qu'on peut faire dans une prison normale parce qu'ils sont enfermés tout le temps. La société leur dit au revoir.

Robert Hood, ancien directeur de l'ADX Florence

Un criminel d'exception

Le baron de la drogue du Mexique, Joaquin « El Chapo » Guzman, est escorté à son arrivée à l'aéroport Long Island MacArthur à New York, aux États-Unis, le 19 janvier 2017, après son extradition du Mexique. Accusé d'avoir expédié aux États-Unis plus de 154 tonnes de cocaïne, Joaquin «El Chapo» Guzmán, risque de terminer ses jours dans une prison américaine. Photo : Reuters / Handout .

Âgé de 61 ans, Joaquin « El Chapo » Guzman a été reconnu coupable mardi d'une dizaine de chefs d’accusation devant une cour fédérale américaine notamment pour trafic de drogue, complot pour meurtre, blanchiment d'argent et implication dans une entreprise criminelle en tant que leader du très puissant cartel du Sinaloa, au Mexique.

El Chapo, qui signifie « le petit », en espagnol, avait fait les manchettes avant même le début de son procès en s'évadant pour une deuxième fois d’une prison mexicaine en 2015.

Il avait ensuite nargué les autorités en accordant une entrevue exclusive à l’acteur américain Sean Penn pour le compte du magazine Rolling Stone alors qu’il était en cavale. Il fut repris et extradé aux États-Unis en 2016 pour y subir son procès.

Le cartel du Sinaloa a amassé sous la direction d'« El Chapo » Guzman des milliards de dollars en faisant entrer pendant des années des tonnes de cocaïne, d'héroïne, de méthamphétamine et de marijuana aux États-Unis.

Avec les informations de CBC

Procès et poursuites

International