•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une lettre écrite il y a 102 ans par un ancien combattant de Vimy est retrouvée

Deux femmes posent avec une lettre dans un café.
Amanda Kehler, à droite, et une employée avec la lettre vieille de 102 ans qui a été envoyée en mai 1917, à partir d'un hôpital militaire en Angleterre. Photo: Amanda Kehler
Radio-Canada

Une femme de Steinbach, au Manitoba, s'est donné comme mission de retrouver les descendants d'un soldat canadien qui a combattu à Vimy. C'est une lettre écrite il y a 102 ans, adressée à une femme de Selkirk, au Manitoba, qui a déclenché sa quête.

La copropriétaire du café Prairie Pickers, de Steinbach, Amanda Kehler, a trouvé la lettre dans une boîte de documents anciens qu’elle a achetés pour 1 $ dimanche dernier.

C’est en faisant l’inventaire de ce que contenait la boîte qu’elle a découvert la lettre.

« Quand j’ai trouvé la lettre, je l’ai lue et relue. J’ai vite compris que j’avais quelque chose de spécial entre les mains. Je ne pouvais pas croire ce que je venais de trouver dans cette boîte pleine de vieux papiers qui allaient probablement être jetés », raconte-t-elle.

La lettre est datée du mois de mai 1917 et est adressée à Mlle P. Rockford, avenue Manitoba, Selkirk. Les soldats canadiens ont combattu à Vimy, du 9 au 12 avril 1917.

L’auteur de la lettre, Earl Sorel, écrivait depuis un hôpital militaire de Birkenhead, en Angleterre. Selon les documents militaires canadiens de l’époque, il avait 20 ans.

D'après la lettre, tout indique que Mlle P. Rockford est la soeur d'un soldat, identifié comme étant Gordon.

Earl Sorel et Gordon ont grandi à Selkirk et étaient amis depuis longtemps. Earl décrit dans sa lettre comment Gordon a sauvé sa vie de façon héroïque. Il dit aussi que c'est la dernière fois qu’il a vu son ami.

Une lettre aux écritures pâlies.Agrandir l’imageLa lettre est datée de mai 1917 et est adressée à Mlle P. Rockford, avenue Manitoba, Selkirk. Son frère Gordon est mort sur le champ de bataille. Photo : Amanda Kehler

« J'ai des frissons et la chair de poule chaque fois que je lis la lettre. La guerre n’est plus juste une idée ou un concept. On se rapproche de la guerre en lisant la lettre », raconte la copropriétaire de Prairie Pickers, qui est passionnée d'histoire.

Elle souhaite maintenant retrouver les membres de la famille d'Earl Sorel et leur remettre la lettre.

Amanda Kehler dit chercher des indices dans les autres documents de la boîte en espérant trouver quelque chose qui pourrait l’aider à retrouver un membre de la famille. Elle espère aussi que le public sera en mesure de l'aiguiller dans ses recherches.

Histoire

Société