•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Autisme : Doug Ford défend sa ministre Lisa MacLeod

Photo d'un homme en complet bleu aux cheveux courts et blonds devant un micro

Le premier ministre Doug Ford a défendu sa ministre Lisa MacLeod en point de presse, jeudi matin.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le premier ministre ontarien Doug Ford dit que la ministre des Services à l'enfance Lisa MacLeod a toujours « toute sa confiance », même si une association de spécialistes l'accuse d'avoir tenté de contraindre l'organisation à appuyer sa réforme des services en matière d'autisme.

L'association Ontario Association for Behaviour Analysis (ONTABA) affirme que la ministre MacLeod et son personnel lui ont demandé une citation favorable à la réforme du gouvernement, quelques jours avant son dévoilement plus tôt ce mois-ci, sinon le groupe ferait face à quatre longues années.

La présidente désignée de l'organisation, Kendra Thomson, dit que sa rencontre avec la ministre et son personnel était de nature normative. On s'attendait à un processus de consultation plus collaboratif, dit-elle.

Photo d'une femme aux cheveux blonds portant une robe noire debout derrière un microAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La ministre des Services à l'enfance, Lisa MacLeod

Photo : Radio-Canada

Pour sa part, le premier ministre Ford a affirmé, jeudi, qu'il discuterait de ces allégations avec sa ministre pour vérifier si elles sont vraies, mais tout en écartant la possibilité de demander la démission de la députée de Nepean.

Elle fait un travail extraordinaire.

Doug Ford, premier ministre de l'Ontario

Ma kryptonite (point faible), c'est de parler d'enfants autistes, a ajouté le premier ministre. C'est un dossier très, très difficile.

M. Ford a affirmé que le programme provincial des services en matière d'autisme était en faillite, lorsque sa ministre a hérité du dossier. Il a ajouté que le gouvernement voulait que 100 % des parents d'enfants autistes puissent avoir accès à de l'aide, pas seulement 25 %, comme sous les libéraux.

Dans un message publié sur Twitter en début de soirée, Lisa MacLeod a présenté ses excuses à ceux qui se seraient sentis menacés ou auraient été mal à l’aise en raison des propos qu’elle a tenus.

La ministre a assuré que sa priorité était le bien-être des enfants autistes qui n’avaient pas accès aux services en vertu du précédent programme.

Dans la journée, Mme MacLeod n'était pas disponible pour commenter les allégations, selon son bureau. La ministre avait affiché sur Twitter des photos d'elle en train de répondre aux appels d'électeurs et de participer à une séance de photos pour un magazine.

Sans nier les allégations, son porte-parole Derek Rowland avait accusé ONTABA d'intransigeance dans une déclaration écrite. En dépit de discussions collaboratives au cours de six mois de consultations, avait-il affirmé, ONTABA n'a pas voulu broncher quant à son autoréglementation et a refusé de travailler avec le gouvernement pour ouvrir le secteur afin de fournir aux parents plus d'options en matière de services de soutien pour les enfants autistes. 

Lors de la présentation de sa réforme au début février, la ministre avait affirmé que la seule façon de désengorger les listes d'attente actuelles était d'offrir l'argent directement aux parents pour leur permettre d'obtenir des traitements dans le secteur privé plutôt que d'avoir à attendre une place subventionnée.

Le gouvernement conservateur avait alors publié un communiqué intitulé « La province tout entière accorde son soutien au nouveau Programme ontarien des services en matière d'autisme », citant des dirigeants d'hôpitaux et des parents à l'appui.

Le NPD réclame sa tête

La chef du NPD Andrea Horwath demande la démission de la ministre MacLeod.

Son travail consiste à travailler avec les parents et les défenseurs [des enfants] et d'obtenir des résultats pour eux. Au lieu de cela, elle les a menacés.

Andrea Horwath, chef du NPD

L'association ONTABA affirme, de son côté, que les sommes offertes aux parents sont déterminées de façon arbitraire et que l'argent promis sera insuffisant dans bien des cas pour obtenir des soins de qualité.

C'est sans parler du manque actuel de spécialistes pour traiter les enfants autistes, affirme la Dre Adrienne Perry, membre de l'ONTABA. Le gouvernement dit qu'il va mettre sur pied une nouvelle agence en moins de huit semaines pour administrer le nouveau programme. Le résultat risque d'être chaotique, lance-t-elle.

Pour sa part, le président du Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario, Warren (Smokey) Thomas, s'est dit très déçu des propos présumés de la ministre. Il demande sa démission : C'est incroyable de penser qu'elle soit prête à intimider les gens pour qu'ils approuvent tacitement l'attaque de Doug Ford à l'endroit des enfants autistes.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Politique provinciale