•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment les Saskatchewanais survivent-ils à la vague de froid extrême?

Une femme traverse la rue
Une vague de froid extrême touche depuis plusieurs jours la Saskatchewan (archives). Photo: Radio-Canada / Brian Rodgers
Gabrielle Proulx

Vivre en Saskatchewan en hiver peut représenter un moment pénible pour l'un, mais une partie de plaisir pour d'autres. Depuis près d'une semaine, les résidents de la province doivent conjuguer avec une vague de froid extrême. Certains d'entre eux ont voulu nous partager leur expérience.

Normand Sirois livre le courrier en Saskatchewan depuis une quinzaine d’années.

Un facteur de Postes Canada en face de son camion de livraison à Saskatoon. Normand Sirois livre le courrier pour Postes Canada depuis près de 15 ans. Photo : Radio-Canada

Il adore sa profession qui lui permet de garder la forme. M. Sirois marche entre 15 et 20 kilomètres chaque jour. Malgré tout, l’hiver est loin d’être sa saison préférée.

On ne s’habitue pas.

Normand Sirois, facteur à Postes Canada

La clé de son succès pour rester au chaud : s’alimenter souvent, porter plusieurs couches de vêtement et se réchauffer dans sa voiture s’il juge qu’il fait trop froid.

J’ai eu une engelure grave à ma main gauche dans une tempête en 2007. Alors, il faut que je porte des chauffe-mains dans mes gants, dit-il.

La résilience des travailleurs

Après une semaine de temps extrêmement froid dans la province, certains employés, contraints de travailler à l’extérieur, doivent s’adapter aux aléas de mère Nature.

Michel Lepage, un agriculteur de Saint-Denis, à l’est de Saskatoon, dit être habituéau froid de la Saskatchewan.

L'agriculteur Michel Lepage donnant une entrevue dans un stationnement de Saskatoon. Michel Lepage détient une ferme comprenant une trentaine de vaches dans le village de St-Denis, à l'est de Saskatoon. Photo : Radio-Canada

Disons que ce n’est rien de difficile pour nous [...] On a des animaux, il faut être certain que le bol à eau se garde de geler. Il y en a d’autres qui n’ont pas de bol à eau, donc, ils cassent la glace pour nourrir les animaux.

Cory Fairbrother, propriétaire de l’entreprise de construction Fortified Inc. souligne que les délais font partie de son quotidien durant l'hiver. Il en va de la sécurité de son personnel.

Un travailleur du secteur de la construction avec une veste et une casquette dans une ruelle de Saskatoon. Cory Fairbrother est le propriétaire de la compagnie de construction Fortified Inc. Photo : Radio-Canada

Nous nous surveillons mutuellement si quelqu'un a un peu froid. Chaque personne a une tolérance différente au froid. Si vous avez froid, vous ne pouvez pas travailler. En tant que patron, vous comprenez si vos employés ont besoin d’une pause pour se réchauffer, dit-il

Mishrita Shukla, une brigadière de Saskatoon, vit son premier hiver au Canada.

Deux femmes portant des gilets jaunes et leurs habits d'hiver dans une cours d'école de Saskatoon. De gauche à droite : Mishrita Shukla et Nadya Ovemuri sont brigadières dans une école primaire de Saskatoon. Photo : Radio-Canada

Ce n’est pas si pire. Mais oui, c’est difficile pour nous de survivre à - 40 degrés.

Couverts de la tête aux pieds

Melissa Mclean, une résidente de Saskatoon, avoue être un contre-exemple en matière de tenue hivernale.

Une jeune femme avec une tuque et les cheveux givrés dans un quartier de Saskatoon. Melissa McClean, une résidente de Saskatoon, se dirige vers son arrêt d'autobus dans le quartier Nutana à Saskatoon. Photo : Radio-Canada

Porter des bottes et non des souliers durant l’hiver, ce serait une meilleure idée.

Sarah Mclean, résidente de Saskatoon

À l’opposé, Sarah Robbins arpente chaque jour son vélo à pneus surdimensionnés, alias « fat bike », pour se rendre au travail.

Une femme en vélo à pneus surdimensionnés, en habit de neige avec des gants en fourrure de castor. Sarah Robbins utilise tous les jours son vélo pour se rendre au travail. Photo : Radio-Canada

Durant la saison hivernale, elle préfère de loin se déplacer en vélo, que de rester dans une voiture où il fait froid.

Couverte de la tête aux pieds, avec ses gants en fourrure de castor, elle affirme qu’il n’y a pas de météo trop froide pour sortir dehors.

Caleb Scott, qui s'apprête à prendre son autobus, a la barbe gelée. Son secret pour surmonter le froid hivernal : Marchez rapidement!

Un jeune homme, avec une barbe gelée, en direction d'un arrêt de bus à Saskatoon.Caleb Scott, un résident de Saskatoon, est fier de sa barbe gelée. Photo : Radio-Canada

Pourquoi fait-il si froid en Saskatchewan?

Comme les montagnes ou les arbres se font plus rares sur le territoire des Prairies, « on n’a rien pour arrêter l’air froid ou la masse d’air froid qui nous vient du Nord. Alors une fois que la circulation est entamée, il n’a rien pour l’arrêter », souligne Natalie Hassell, météorologue de sensibilisation aux alertes d'Environnement Canada.

Pour éviter d’être en état d’hypothermie ou d’engelure, Environnement Canada recommande entre autres de :

  • Bien s’habiller : porter plusieurs couches de vêtements chauds
  • Demeurer au sec
  • Rester actif : aider notre corps à se réchauffer
  • Prévoir ses déplacements : réduire son temps à l’extérieur, si possible

Saskatchewan

Conditions météorologiques