•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’esprit de Georges Forest perdure au Festival du Voyageur

Le drapeau bleu des métisses devant le fort Gibraltar.

Georges Forest a été l'un des fondateurs du Festival du Voyageur en 1969.

Photo : Radio-Canada / Bert Savard

Radio-Canada

Cinquante ans après sa fondation par Georges Forest, le Festival du Voyageur entend rendre hommage à l'homme qui a incarné l'image du Voyageur au fort Gibraltar, à Winnipeg.

Mort le 14 février 1990, en pleine célébration du Festival du Voyageur, Georges Forest reste une icône de ce rendez-vous.

Le directeur général du Festival du Voyageur, Darrel Nadeau, veut ainsi faire perdurer la mémoire de celui qu’il estime être la source de l’image canonique Festival.

« C’est lui qui a marqué l’esprit avec la barbe, le bonnet rouge, le capot », explique-t-il.

George Forest a notamment fait rayonner le Festival en Amérique du Nord en tant que premier Voyageur officiel, en 1970.

L’organisme a décidé « de rendre hommage à toute la famille Forest en renommant de façon permanente la tente Prairie en tente Forest », annonce Darrel Nadeau.

À l’entrée même des festivités, la sculpture de neige de cette année ne sera pas sans rappeler le célèbre Franco-Manitobain.

« C’est un honneur de faire la sculpture d’entrée du Festival sur l’image de Georges Forest [...] On a été ensemble à l'École Précieux-Sang », explique David MacNair, un des sculpteurs de l'œuvre.

Dessin préparatoire de la sculpture d'entrée du Festival du Voyageur.

La sculpture d'entrée du Festival du Voyageur reprendra l'image du Voyageur avec les traits de Georges Forest.

Photo : Radio-Canada

Pour d’autres qui l’ont connu, comme Lucienne Beaudry Loiselle, ancienne Voyageuse officielle et auteure de Festival du Voyageur Hé Ho! : Une célébration de culture et de patrimoine, cet hommage est important.

« Après tout, c’est lui qui a eu l’idée de baser le Festival sur un personnage de notre histoire, de notre héritage. Il disait : "Si on veut que le festival survive, il doit être basé sur quelque chose de notre patrimoine." », affirme-t-elle.

À l’image de Georges, tous les Voyageurs officiels, nous restons les ambassadeurs du Festival pour toujours.

Lucienne Beaudry Loiselle, ancienne Voyageuse officielle

Elle se rappelle également la passion de Georges Forest pour le festival qu’il a aidé à fonder.

« Georges Forest est allé à tous les festivals, chaque année. Même après qu’il ne soit plus le Voyageur officiel, se souvient-elle. Il venait chaque jour du Festival, il s’amusait avec les gens. C’était un homme qui n’avait pas peur d’aller parler au monde. Il riait fort. »

Lucienne Beaudry Loiselle se souvient d’un « fier Métis qui connaissait son histoire ». Pour elle, sa disparition a entraîné une responsabilité pour ses successeurs : « Anita, la femme de Georges, m’a dit un jour après la mort de Georges : "Ne laisse personne oublier notre histoire." »

Georges Forest a lancé l’idée du Festival du Voyageur en 1969 et deviendra avec sa femme le premier couple de Voyageurs officiels en 1970.

D’autres projets à la mémoire de Georges Forest sont également en discussion. C’est le cas du projet de buste par l’artiste métis Miguel Joyal, qui devrait voir le jour au printemps 2019. L’École Précieux-Sang envisage également de changer son nom pour celui d’École Georges-Forest.

George Forest a été une figure de proue de la défense du français au Manitoba.

Il est allé jusqu’en Cour suprême du Canada pour contester une contravention unilingue en anglais.

La Cour lui a donné gain de cause en 1979, invalidant la loi de 1890 qui faisait de l'anglais la seule langue officielle de la législature et des cours provinciales.

Avec des informations de Pierre Verrière

Notre dossier sur le Festival du Voyageur 2019

Manitoba

Francophonie