•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mois de l’histoire des Noirs : quatre Franco-Ontariens témoignent

Portraits de Justine, Gaston, Clément et Dave.

De gauche à droite : Justine Gogoua, le Dr Gaston Mabaya, Clément Moudiongui et Dave Champagne

Photo : Pages Facebook

Radio-Canada

Dans le cadre du Mois de l'histoire des Noirs, nous avons demandé à quatre Franco-Ontariens de nous dire ce que représente pour eux cet événement. Nous vous présentons leurs témoignages.

Justine Gogoua, artiste et animatrice culturelle

Pour Justine Gogoua, cette célébration prend son sens avec des mots comme contribution, héritage, combat et résilience. Ce sont des mots qui portent le poids de la résistance de la communauté noire et de son legs à la société canadienne. C’est aussi, selon elle, un moment pour se tourner vers l’avenir.


Dr Gaston Mabaya, London

Le Dr Gaston Mabaya nous rappelle que, cette année, le thème choisi par le gouvernement canadien place les jeunes au centre de la discussion. Il préconise une prise de conscience réelle et réussie de l’intégration de cette jeunesse dans la société canadienne.


Clément Moudiongui, animateur culturel, Toronto

Pour Clément Moudiongui, c’est aussi une occasion de voir l’histoire d’une manière qui n’est pas écrite dans les livres.


Dave Champagne, Toronto

Pour Dave Champagne, c’est un pas vers le panafricanisme, un symbole de la fierté de la diaspora africaine.

Il nomme aussi des héros des luttes antiesclavagistes de l’histoire d'Haïti, tels que François Mackandal, Toussaint Louverture et Jean-Jacques Dessalines. Il n’oublie pas non plus ceux qui ont marqué la société canadienne, entre autres Viola Desmond et Mathieu da Costa. Des personnes dont l’héritage ou le parcours est inspirant en ce Mois de l’histoire des Noirs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Francophonie