•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment pelleter 30 centimètres de neige sans se blesser

Luc Cayer pousse la neige de son entrée vers l'intérieur de son terrain avec une grosse pelle bleue.
Luc Cayer affirme qu'il se munira d'une souffleuse pour le prochain hiver. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le surintendant au département des relations publiques du Service paramédic d'Ottawa, Marc-Antoine Deschamps, rappelle que les citoyens doivent faire preuve de prudence lorsqu'ils déneigent leurs entrées, pour éviter des malaises ou des blessures.

À Orléans juste, avant 8 h, un homme d'environ 60 ans est tombé en arrêt cardiaque en déneigeant son entrée de garage avec une souffleuse, a-t-il raconté, mercredi. Que l'on utilise une pelle ou une souffleuse, il faut quand même fournir un effort soutenu, selon M. Deschamps. Le risque d'éprouver un malaise ou de se blesser est réel, particulièrement pour la population moins active.

S'ils ne font pas d'exercice le reste de l'année, pelleter, c'est un exercice qui est très difficile. Il faut vraiment qu'ils prennent leur temps.

Marc-Antoine Deschamps, surintendant au département des relations publiques du Service paramédic d'Ottawa

Plusieurs citoyens, pelle à la main, se sont attaqués aux 30 centimètres de neige accumulée dans leur entrée. Je vais quand même tranquillement et j'ai des bons outils, a mentionné Luc Cayer, alors qu'il s'affairait à la tâche, en matinée.

Claire Taylor a choisi de prendre cette situation avec humour et y a vu un bon moyen de prendre l'air et de faire de l'exercice. Et bien, c'est le Canada, et c'est l'hiver ! Bon, je n'aime pas pelleter, mais je dois le faire, a-t-elle lancé en souriant. Heureusement, l'un de ses voisins possède une souffleuse et vient habituellement l'aider pour la bordure laissée par la déneigeuse. C'est un des nombreux exemples d'entraide qu'on a pu observer dans les rues, aujourd'hui.

Claire Taylor a les mains posées sur la pelle alors qu,elle répond aux questions d'un journaliste. Claire Taylor espère que les amateurs de sports d'hiver sauront profiter de la neige. Photo : Radio-Canada

Pour éviter toutes blessures au dos, il est recommandé de pousser la neige au lieu de la soulever. Selon M. Deschamps, c'est moins exigeant, et donc, plus sécuritaire. Il suggère également de faire appel à des professionnels pour s'occuper du toit de la maison afin d'éviter le pire. Le manque d'expérience ou un mauvais équipement sont les deux principales causes de chute.

De son côté, Fanny Deschâtelets a choisi de s'informer des meilleures techniques de pelletage avant de se lancer. Elle utilise d'ailleurs une technique similaire à celle proposée par le surintendant. Mme Deschâtelets a précisé qu'il faut forcer des jambes, faire attention au dos, tenir le dos droit . Elle connaît ses limites.

Quand je commence à sentir un petit mal, j'arrête et je respire.

Fanny Deschâtelets, résidente de Gatineau

Dangereux monoxyde

Les fortes précipitations de neige des derniers jours représentent aussi un risque pour les propriétaires qui chauffent leur maison au gaz naturel. Si les conduites d'aération sont bloquées, il y a des risques que le monoxyde de carbone se retrouve dans la maison, explique le surintendant. Le monoxyde de carbone est un gaz inodore qui, lorsqu'inhalé, cause des maux de tête, des pertes de connaissance et même la mort.

Marc-Antoine Deschamps  porte son uniforme de paramédic et répond aux question d'un journaliste devant une porte de garage réservé aux ambulances. Marc-Antoine Deschamps souligne que la neige complique les déplacements et les interventions des employés paramédicaux. Photo : Radio-Canada

Pour éviter une intoxication, il recommande l'installation d'un détecteur de monoxyde de carbone, le déneigement adéquat des conduites et un test régulier du détecteur.

Luc Cayer est sensibilisé aux risques du chauffage au gaz naturel. On a une alarme de monoxyde de carbone et j'ai regardé ma cheminée, a-t-il souligné.

Dans un communiqué de presse, le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO) a mis en garde les citoyens contre les intoxications en voiture. Assurez-vous d’enlever la neige qui pourrait obstruer le tuyau d’échappement de votre véhicule avant de démarrer le moteur pour ainsi réduire le risque d’intoxication au monoxyde de carbone, ont-ils écrit.

Ottawa-Gatineau

Prévention et sécurité