•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le programme québécois d’indemnisation des victimes de vaccins n’est pas une preuve qu’ils sont dangereux

Gros plan sur un pédiatre qui vaccine un bébé.

Un pédiatre vaccine un bébé contre la rougeole, la rubéole, les oreillons et la varicelle le 26 février 2015 à Berlin, en Allemagne. Il y a eu une épidémie de rougeole cette année-là dans la capitale.

Photo : Getty Images / Sean Gallup

Bouchra Ouatik

Des détracteurs des vaccins affirment que l'existence d'un programme québécois pour indemniser les victimes des vaccins serait une preuve que ceux-ci doivent être évités. Ce raisonnement est erroné. Explications.

Au Québec, toute personne qui a subi des dommages physiques ou psychiques après avoir reçu un vaccin peut déposer une demande d’indemnisation (Nouvelle fenêtre) auprès du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS). Ce programme a été créé en 1985, quelques années après qu’une fillette de cinq ans a eu des séquelles au cerveau après avoir reçu un vaccin contre la rougeole. Ses parents avaient alors intenté une poursuite contre la province.

Une responsabilité de l’État

Au terme de cette poursuite, la Cour suprême du Canada a recommandé que l’État dédommage (Nouvelle fenêtre) ceux qui subissent un préjudice à la suite d'une vaccination, et ce, même si aucune faute n’a été commise.

« Il n’y a aucune façon de déterminer qu’une personne en particulier va souffrir à l’avance d’un effet très rare de la vaccination », explique le Dr Yves Jalbert, directeur général adjoint de la protection de la santé publique au MSSS. « Souvent ces effets ne sont pas reliés à la qualité du produit en tant que tel. »

Le plus haut tribunal au pays avait recommandé que toutes les provinces et tous les territoires se dotent d’un tel programme d’indemnisations, mais le Québec est la seule province canadienne à l’avoir fait.

L’existence d’un tel programme amène certains à remettre en question la sécurité des vaccins.

Captures d'écran de commentaires sur Facebook dans lesquels des gens expriment leurs inquiétudes par rapport aux vaccins, en soulignant l'existence du programme d'indemnisation des victimes d'une vaccination.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des internautes expriment leurs inquiétudes par rapport aux vaccins, en soulignant l'existence du programme d'indemnisation des victimes d'une vaccination.

Photo : Capture d'écran - Facebook

Moins de 0,0001 % des cas

Depuis 1988, et en date d’avril 2018, le gouvernement du Québec a reçu 271 réclamations et indemnisé 43 personnes, pour un total de 5,49 millions de dollars versés aux victimes ou à leurs proches.

Ce nombre est infime par rapport au nombre total de personnes vaccinées dans la province. Le Dr Jalbert souligne que, chaque année, plus de 2 millions de personnes se font vacciner contre la grippe, en plus des quelque 100 000 enfants qui reçoivent des vaccins pour diverses maladies infectieuses.

Cela signifie que, depuis la création de ce programme, des indemnités ont dû être versées dans moins de 0,0001 % des vaccinations.

Les demandes d’indemnisations permettent également au ministère de la Santé de documenter les effets secondaires.

Ça nous permet aussi de voir s’il n’y a pas quelque chose qu’on peut améliorer, [s’il] y a des vaccins qui sont plus susceptibles de créer des complications que d’autres, et donc ajuster nos programmes en conséquence de tout ça.

Dr Yves Jalbert

Un risque 1000 fois plus élevé en refusant le vaccin

Puisque les vaccins comportent des risques, faut-il les éviter? En fait, les risques associés aux maladies contre lesquelles les vaccins protègent sont bien plus grands.

Par exemple, selon le site du MSSS (Nouvelle fenêtre), une personne qui reçoit le vaccin contre la rougeole a un risque de 1 sur 1 000 000 de développer une encéphalite, soit une inflammation du cerveau. Par contre, pour une personne qui contracte la rougeole, cette probabilité grimpe à 1 sur 1000.

En d’autres mots, il y a 1000 fois plus de risques de développer une encéphalite à cause de la rougeole qu’à cause du vaccin contre la rougeole.

De plus, étant donné que la rougeole est une des maladies les plus contagieuses qui soient, lorsqu’une épidémie se déclare, les personnes non vaccinées sont hautement à risque de contracter la maladie.

Il faut se rappeler que, jusque dans les années 80, on avait aux cinq ans une épidémie de rougeole au Québec, qui conduisait parfois à des milliers d’hospitalisations et à chaque fois, à quelques décès chez de jeunes enfants.

Dr Yves Jalbert

Les ravages de telles maladies infectieuses sont si grands que l’Organisation mondiale de la santé a décrété que le mouvement antivaccin sera l’une des plus grandes menaces mondiales à la santé publique (Nouvelle fenêtre) en 2019.

Santé publique

Santé