•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les coûts élevés freinent la construction de nouveaux logements à Gaspé

Le bâtiment gris et blanc est situé en haut d'une côte, à Gaspé.

La Villa des Buissonnets, une résidence pour personnes âgées construite en 2017, compte 62 logements dont la moitié sont réservés à une clientèle à faible revenu.

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Catherine Poisson
Martin Toulgoat

La Ville de Gaspé est celle où il est le plus difficile de se loger dans l'Est-du-Québec. Avec les coûts de construction qui sont plus élevés qu'ailleurs, celle de nouveaux logements passerait par l'octroi de subventions ou de crédits d'impôt.

À Gaspé, le taux de logements inoccupés était de 1,2 % en octobre dernier, le plus faible dans l'Est-du-Québec.

Cette pénurie nuit au développement économique de la région en freinant l'arrivée de nouveaux travailleurs, selon le maire de Gaspé, Daniel Côté.

On a attiré beaucoup de gens chez nous et quand les gens arrivent dans un milieu, ils ne vont pas s'acheter une propriété [dès leur arrivée]. Bien souvent, ils vont opter pour le logement avant de connaître le milieu, observe le maire.

Depuis quelques années, la majorité des rares projets d'immeubles à appartements qui ont vus le jour à Gaspé ont été réalisés grâce à des subventions destinées à des projets communautaires ou des clientèles vulnérables.

Il est photographié dans une rue du centre-ville de Gaspé.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'entrepreneur en construction Jérémi Synnott-Généreux déplore le coût élevé des terrains et des matériaux.

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Pour ce qui est des projets de construction qui ne sont pas éligibles à de telles subventions, l'entrepreneur Jérémi Synnott-Généreux estime qu'ils ne sont pas rentables en raison des coûts des matériaux qui sont plus élevés en Gaspésie. Par ailleurs, comme la plupart des entrepreneurs en construction, son carnet de commandes est déjà plein, ce qui implique qu'il devrait reporter des contrats pour entreprendre la construction d'un immeuble à logements.

Ça prend un certain temps avant de rentabiliser un projet comme ça et pour un entrepreneur, la liquidité c'est sa vie.

Jérémi Synnott-Généreux, entrepreneur en construction à Gaspé

Déjà, le prix d'achat du terrain est élevé, les matériaux sont extrêmement dispendieux. Si en plus de ça, il faut que tu arrives à louer en haut de la norme, de ce que les gens peuvent payer, c'est certain que le risque grossit tout le temps, explique-t-il.

Quelles solutions?

La Ville de Gaspé dit avoir les mains liées et demande à Québec de lui permettre d'offrir des avantages fiscaux aux entrepreneurs.

Un crédit de taxes pour un promoteur en logements, ça ne se fait pas. Pour un promoteur, par exemple pour du développement industriel, on a certaines choses qu'on peut faire, jusqu'à certains montants, mais pour le logement, il n'y a rien qui se fait, donc ça prend soit un projet de loi privé, soit des incitatifs gouvernementaux, affirme le maire.

La clé va appartenir au gouvernement à la fin.

Daniel Côté, maire de Gaspé
Le maire de Gaspé, Daniel CôtéAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le maire de Gaspé, Daniel Côté

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

De son côté, l'Office municipal d'habitation de Gaspé estime que la solution pourrait passer par la formation de coopératives puisque cette stratégie permettrait d'avoir accès à des subventions.

C'est possible d'aller chercher des subventions, avec le programme AccèsLogis, pour un groupe de personnes qui voudrait se construire une coopérative d'habitations de dix logements, par exemple, avance le directeur de l'organisme, Guillaume Fleury.

Par ailleurs, la Ville de Gaspé est toujours en pourparlers avec un promoteur de l'extérieur de la région qui souhaiterait construire des logements sur un terrain appartenant à la municipalité. Le terrain situé derrière le Carrefour Gaspé est actuellement en vente au coût de 500 000 dollars.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Habitat