•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nicole Surprenant devra rembourser 12 000 $ au Vol du Colibri

L'extérieur du bâtiment accueillant la coopérative Le Vol du Colibri.

L'ancienne comptable de la coopérative Le Vol du Colibri est condamnée à lui rembourser 12 000 $.

Photo : Radio-Canada / Félix B. Desfossés

Piel Côté

L'ancienne comptable de la Coopérative de solidarité du Vol du Colibri, Nicole Suprenant, devra rembourser 12 000 $ au service de garde. La dame a reçu cette sentence mercredi matin, au palais de justice de Rouyn-Noranda.

Nicole Surprenant avait préalablement plaidé coupable à un chef de fraude dépassant les 5000 $.

Dans les faits admis au dossier, la dame a reconnu avoir facturé des heures et se les être fait rémunérer alors que le conseil d'administration de la coopérative n'avait pas autorisé ces heures.

Son avocat, Me Marc Lemay, a fait savoir que la dame reconnaît son délit et que ses gestes ont dépassé son contrat de travail.

Ce qui est important est que Mme rembourse, parce que le Vol du Colibri est un organisme à but non lucratif et pour nous c'est important qu'elle remette les sommes d'argent qu'elle n'a pas volées, parce qu'elle a travaillé pour, mais qu'elle a obtenu sans les autorisations, explique-t-il.

Le conseil d'administration soulagé

Le président du conseil d'administration du Vol du Colibri, Loïc Bureau, s'est dit très heureux du dénouement de cette saga. Celle-ci perdure depuis de nombreux mois.

On a ambitionné, on a trompé la confiance du conseil d'administration et on a vu des choses comme des facturations de plus de 24 heures par jour, donc c'est à ce moment qu'on a vu qu'il y avait anguille sous roche et que nous avons enquêté, déclare-t-il.

Le juge Paul Chevalier a accepté la recommandation commune de la Couronne et de la défense, mais a tout de même ajouté que des peines d'emprionnement sont communes pour ce genre d'infractions, lorsque l'employé trompe la confiance de son employeur.

Abitibi–Témiscamingue

Fraude