•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maestria : 10 millions de dollars pour pallier l'absence de logements sociaux

Jérôme Labbé

L'administration Plante aurait bien aimé que le plus haut projet résidentiel à Montréal, dans le Quartier des spectacles, puisse inclure des logements sociaux. Tout indique que ça ne sera pas le cas. Mais les promoteurs de la Maestria mettront la main dans leurs poches pour financer de tels projets.

Ainsi, Devimco versera 2,6 millions de dollars dans le Fonds de contribution à la Stratégie d'inclusion de logements abordables dans les nouveaux projets résidentiels de la Ville de Montréal.

De plus, le Fonds immobilier de solidarité FTQ a promis d'investir 7,5 millions de dollars dans des projets de logements sociaux de l'arrondissement de Ville-Marie, ailleurs au centre-ville.

Aucun autre détail n'a été dévoilé. Ainsi, on ne sait pas encore exactement la nature des projets qui seront financés. On ne sait pas non plus quand l'argent sera versé.

Une maquette du projet.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les deux tours de la Maestria domineront complètement le Quartier des spectacles.

Photo : Lemay

Cette entente a été annoncée mardi soir par la mairesse de Montréal, Valérie Plante, lors de la première séance du conseil d'arrondissement de Ville-Marie depuis les Fêtes. Les promoteurs ne l'ont pas commentée.

Cela ne signifie pas pour autant qu'il n'y aura pas de logements sociaux dans la Maestria. Mais l'élue responsable du dossier à l'arrondissement, la conseillère Sophie Mauzerolle, rappelle que le projet est « de plein droit » et admet du même souffle que ses promoteurs n'étaient pas obligés de contribuer financièrement à la construction de nouveaux logements sociaux. « Moi je pense que c'est un très, très bon signal qui est envoyé, de dire qu'on est capables de travailler main dans la main avec les promoteurs, sans qu'il y ait de contraintes », a-t-elle indiqué mercredi.

La Ville de Montréal confirme que rien n'obligeait les promoteurs à prendre de tels engagements. « La Stratégie d’inclusion s'applique aux projets de 100 unités et plus nécessitant une modification réglementaire à l’usage, à la densité ou à la hauteur, [et comme] la proposition du promoteur ne présente aucune dérogation ni modification réglementaire à l’usage [...], aucun logement social n'est requis sur le site ou hors du site », a expliqué par courriel Audrey Gauthier, porte-parole.

Aussi, Mme Mauzerolle préfère voir dans l'annonce de mardi soir une preuve de « bonne foi » des promoteurs, « un peu dans l'esprit de ce qui va éventuellement être le règlement "20/20/20" ».

L'expression « 20/20/20 » se réfère à la promesse faite par Projet Montréal en campagne électorale selon laquelle les grands projets immobiliers devraient inclure 20 % de logements sociaux, 20 % de logements abordables et 20 % de logements de trois chambres et plus.

Cette nouvelle réglementation devrait être annoncée en 2019, affirme l'administration. Mais Sophie Mauzerolle admet qu'elle pourra difficilement s'appliquer de manière rétroactive à un projet comme Maestria, qui a déjà été officiellement déposé devant l'arrondissement.

L'administration Plante espère par ailleurs que le règlement « 20/20 /20 » lui permettra de remplir une autre promesse faite lors de la dernière campagne électorale, qui consiste à ajouter sur son territoire 6000 logements sociaux et 6000 logements abordables d'ici la fin de son mandat, en 2021.

Des tours de 58 et 55 étages

La séance ordinaire de mardi soir a été l'occasion de discuter pour la première fois du projet Maestria au conseil d'arrondissement.

Le projet a passablement évolué depuis son dévoilement, fin novembre. Le nombre d'étages, notamment, a été révisé à la hausse. L'une des tours en comptera 58 – un sommet dans la métropole.

Le comité consultatif d'urbanisme a émis deux avis favorables au projet dans les trois derniers mois. Le sommaire décisionnel soumis aux élus de l'arrondissement précise même que « la proposition [...] présente plusieurs avantages par rapport à la version actuellement autorisée », soit l'ancien projet de tours de bureaux de Canderel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Urbanisme