•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plaidoyer pour des cours de récréation adaptées

Deux clichés de l'exposition photo. À gauche, une photo noir et blanc d'un enfant qui lance une balle de neige. À droite, une photo noir et blanc de quatre jeunes dans un module de jeu.
Une exposition photo réalisée par des élèves de l'Écollectif est présentée au Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke. Les élèves y proposent leur vision de la cour d'école. Photo: Radio-Canada / Fanny Lachance-Paquette
Fanny Lachance-Paquette

Augmenter le nombre de minutes obligatoires dans la cour de récréation enchante les intervenants du milieu scolaire et de l'activité physique. Mais encore faut-il que les cours soient adaptées aux besoins des enfants martèle l'enseignante spécialiste en éducation physique au primaire Carole Carufel.

Ils étaient nombreux à avoir bravé la tempête de neige pour assister à sa conférence donnée à Sherbrooke mercredi matin. Depuis de nombreuses années, Carole Carufel sillonne le Québec pour étudier ce qui se passe lors des récréations.

L'enfant doit pouvoir bouger, jouer avec ses amis, se détendre, avoir du plaisir dans un endroit qui est sécuritaire.

Carole Carufel, enseignante spécialiste en éducation physique au primaire
Carole Carufel lors de sa conférence.L'enseignante spécialiste en éducation physique au primaire Carole Carufel a visité des centaines de cours de récréation au cours des dernières années. Photo : Radio-Canada

Les études citées par Carole Carufel ainsi que les élèves sherbrookois sondés démontrent que les garçons préfèrent le jeu actif, de compétition et en grand groupe. Pour leur part, les filles préfèrent le jeu en petit groupe, entre amis et axé sur le bavardage.

Un enfant qui joue bien, apprend bien et réussit bien.

Carole Carufel, enseignante spécialiste en éducation physique au primaire

Carole Carufel souligne d'ailleurs l'importance de consulter les élèves pour connaître leurs besoins dans la cour d'école. Les changements apportés auront une répercussion sur leur quotidien et le fait de les consulter développera leur sentiment d'appartenance.

Pour avoir une cour stimulante pour les jeunes, la professeure insiste sur l'importance de la variété, autant celle des modules que du petit matériel de jeu. L’animation est aussi selon elle un élément clé: Il faut animer les cours d'école. Par de la musique, par des élèves animateurs ou par des animateurs adultes. Elle permet aux élèves seuls de se joindre à un groupe.

Des jeunes jouant au soccer dans une cour d'école. Des élèves de l'école Écollectif ont réalisé une exposition photo sur leur vision de la cour d'école. Photo : Radio-Canada

Une conférence qui tombe à point

La conférence était organisée par 100° Estrie, une initiative de Québec en forme. Une conférence qui ne pouvait mieux tomber vu l'annonce mardi des deux récréations de 20 minutes obligatoires à compter de l’automne.

Ce qui se passe dans la cour d’école a des répercussions et est essentiel au développement global des élèves. Que le gouvernement reconnaisse ça, c’est une excellente nouvelle.

Olivier Tessier, chargé de projet pour 100° Estrie

Prévue depuis longtemps, cette conférence découlait plutôt d'un sondage commandé à Léger. Ce coup de sonde rapportait notamment que selon 93% des parents québécois leur enfant passe trop de temps assis.

Présent dans la salle, le professeur Félix Berrigan, chercheur responsable de l’axe sur les stratégies d’intervention de la nouvelle Chaire de recherche Kino-Québec, se réjouissait aussi de cette nouvelle. Il croit que les professeurs d’éducation physique pourront être de très bons accompagnateurs des autres intervenants dans le milieu scolaire pour avoir des idées d’activités, identifier du matériel qui pourrait être acheté...

Les cours rêvées des élèves

L'organisme 100° Estrie voulait entendre ce qu'avaient à dire les principaux usagers des cours d'école : les enfants.

S’il y a un lieu dans l’école où il faut aller chercher ce pouls-là des élèves, c’est bien la cour d’école. Les élèves passent 25 % du temps de leur journée dans la cour d’école. C’est énorme!

Olivier Tessier, chargé de projet pour 100° Estrie

Armés d'une caméra lors d'un matin froid de décembre, les élèves de l’école alternative l’Écollectif de Sherbrooke ont croqué leur vision de la cour d'école, ce qu'ils aiment de ces lieux et ce qu'ils déplorent. Leurs photos et leurs réflexions sont présentement exposées au Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke. Une exposition qui servira de point de départ pour repenser leur cour d’école.

Une jeune fille devant un cliché d,enfants jouant dans une cour d'école« Pour moi, la cour d'école est un endroit de liberté et d'amitié » Juliette Berrigan prend la pose devant sa photo de cour d'école Photo : Radio-Canada / Fanny Lachance-Paquette

Estrie

Éducation