•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouvel appel pour l'organisation d'un sommet sur le transport collectif régional

Claire Bolduc
Claire Bolduc Photo: Radio-Canada
Thomas Deshaies

La Conférence des préfets de l'Abitibi-Témiscamingue et l'Administration régionale Baie-James réclament la tenue d'un somme sur le transport collectif régional.

Les élus de ses deux territoires affirment être confrontés à des problématiques similaires et croient que l'État doit agir.

Quand un gouvernement appelle un sommet de cette nature-là, c'est qu'il va être partie prenante des solutions identifiées pour régler les problèmes qu'on aura discutées, explique la présidente de la Conférence des préfets de l'Abitibi-Témiscamingue, Claire Bolduc.

Les solutions peuvent être multiples, mais Mme Bolduc estime que le gouvernement devra revoir à la hausse ses investissements pour le transport collectif régional. Il y a des besoins immenses, s'exclame-t-elle.

Il y a moins de 1 % de tout le budget alloué par Québec qui l'est pour le transport collectif interrégional et intermunicipal.

Claire Bolduc

Le président de l'Administration régionale Baie-James, René Dubé, estime que l'enjeu concerne toutes les régions du Québec. Ce n'est pas juste en Abitibi, dans le Nord-du-Québec, c'est pour cela la demande d'un sommet, explique-t-il. Il faut qu'on ait une solution globale.

Les enjeux financiers qui touchent les différents transporteurs ont régulièrement fait les manchettes dans les dernières années. Des entrepreneurs ainsi que des élus, ont fréquemment déploré que Québec n'octroie qu'une aide financière d'urgence sur une courte période de temps.

Abitibi–Témiscamingue

Transports