•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Apple et Google critiqués pour une appli saoudienne permettant de surveiller les femmes

Une femme voilée tient un drapeau de l'Arabie saoudite dans ses mains devant elle. On la voit en transparence à travers le tissus du drapeau.

Les droits des femmes sont sévèrement restreints en Arabie saoudite.

Photo : Reuters / Jamal Saidi

Radio-Canada

Une application saoudienne permettant aux hommes de surveiller les femmes de leur entourage et de restreindre leurs déplacements suscite un vent de critiques envers Apple et Google, qui l'hébergent dans leurs boutiques.

L’appli Absher, conçue par le ministère saoudien de l’Intérieur, est un portail gouvernemental servant à obtenir différents services, comme l’enregistrement d’un véhicule ou une demande de passeport. Elle compterait 11 millions d’utilisateurs, d’après le ministère.

Elle permet également aux hommes saoudiens de déterminer les modalités de déplacements des femmes de leur entourage, en spécifiant si elles ont le droit de franchir la frontière saoudienne et par quel moyen, par exemple. Même les déplacements à l’intérieur du pays peuvent être restreints. Les hommes inscrits à ce service reçoivent des alertes par message texte si une femme sous leur responsabilité sort d’une zone autorisée.

Les droits des femmes saoudiennes sont grandement limités par rapport à ceux de leurs compatriotes masculins. Les Saoudiennes dépendent légalement d’un homme de leur entourage et doivent notamment obtenir son autorisation pour voyager, se marier et aller à l’école. Tout manquement à cette règle peut être puni par la loi.

Apple et Google critiqués

Des organismes de défense des droits de la personne ont pourfendu l’application ainsi qu’Apple et Google, dans différents médias américains mardi.

Human Rights Watch a dénoncé une application conçue avant tout pour les hommes. « Évidemment, [Absher] est incroyablement dégradante, insultante et humiliante pour les femmes, et carrément abusive dans bien des cas, parce qu’elle permet un contrôle total du mouvement des femmes par les hommes », a expliqué à NPR Rothna Begum, chercheuse principale des droits des femmes de Human Rights Watch.

Amnistie internationale a quant à elle critiqué Apple et Google pour avoir fermé les yeux sur cette application, même si elle contrevient à leurs politiques.

« L'utilisation de l'application Absher pour limiter le mouvement des femmes met une nouvelle fois en évidence le système troublant de discrimination à l'égard des femmes sous tutelle et la nécessité de véritables réformes des droits de la personne dans le pays, plutôt que de simples réformes sociales et économiques », a ajouté l’ONG dans un article du Washington Post.

Absher était toujours disponible sur l’App Store et sur le Google Play Store en avant-midi mercredi.

Avec les informations de The Washington Post, Business Insider, NPR, et Gizmodo

Droits et libertés

Techno