•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

30 ans de tramway à Grenoble : l'impact sur les banlieues

Quel impact sur les banlieues
Olivier Lemieux

Comme Québec, la ville de Grenoble en France est aux prises avec un problème d'étalement urbain et doit trouver des façons de densifier son territoire et limiter les déplacements en auto solo. En 2015, une ligne de tramway de 11 kilomètres a été ajoutée pour desservir la banlieue nord et alléger la pression sur le réseau routier. Près de 5 ans plus tard, le projet a-t-il eu l'impact souhaité? État des lieux.

Les travaux de la ligne E à Grenoble ont mobilisé une part importante des fonds publics dans l’agglomération grenobloise : plus de 275 millions d’euros, soit environ 412 millions de dollars canadiens.

La cinquième ligne du tramway a permis de relier le centre de l’agglomération et la municipalité de Fontanil-Cornillon, une dizaine de kilomètres plus au nord.

À Québec, c’est exactement la distance que le tramway devra parcourir entre place D’Youville et le terminus envisagé à Charlesbourg, sur la rue Périgord.

Un tramway circule sur la ligne E en banlieue de Grenoble.Un tramway circule sur la ligne E en banlieue de Grenoble. Photo : Radio-Canada / Bruno Giguère

Le Syndicat mixte des transports en commun (SMTC) de l'agglomération grenobloise, responsable de la mobilité à Grenoble, s’était fixé un objectif de 45 000 déplacements quotidiens sur la nouvelle ligne E.

Les derniers chiffres rendus publics montrent plutôt un achalandage de 35 000.

Selon le conseiller municipal et président du SMTC, Yann Mongaburu, la fréquentation est néanmoins en hausse, ce qui confirme la pertinence de la ligne E.

« Je crois qu’elle a fait la preuve de son succès », tranche-t-il, avant d’ajouter que la construction de trois autres lignes de tramway à Grenoble demeure « dans les cartons » si son administration conserve le pouvoir aux prochaines élections municipales, en 2020.

Olivier Lemieux et Yann Mongaburu discutent dans le centre-ville de Grenoble.Yann Mongaburu est président du Syndicat mixte des transports en en commun (SMTC) de Grenoble Photo : Radio-Canada

On est dans un territoire où on n’arrête jamais. On continue toujours d’aller plus loin.

Yann Mongaburu, président du Syndicat mixte des transports en commun de l'agglomération grenobloise

Historiquement, le prolongement du réseau de tramway a toujours gonflé la fréquentation du réseau de Transports de l’agglomération grenobloise (TAG).

Depuis 2006, année de la mise en fonction des lignes C et D, l’achalandage a bondi de 17,5 %.

Même si le réseau TAG comprend aussi près de 50 parcours d’autobus, le tramway génère les deux tiers des déplacements.

Un effet densifiant

Aux abords du tracé de la ligne E, une foule de chantiers s’activent et les constructions en hauteur se multiplient. Des quartiers homogènes composés de maisons unifamiliales sont transformés.

En tout, pas moins de 6000 logements sont prévus dans le corridor du tramway.

La municipalité de Saint-Égrève a choisi de limiter la hauteur des nouvelles constructions à 5 étages.La municipalité de Saint-Égrève a choisi de limiter la hauteur des nouvelles constructions à 5 étages. Photo : Radio-Canada / Bruno Giguère

À Saint-Égrève, l’une des plus importantes municipalités de la couronne grenobloise, aussi desservie par la ligne E, la hauteur des nouvelles constructions a été limitée à cinq étages pour ne pas dénaturer le paysage.

« Il faut le contrôler vis-à-vis des promoteurs parce que la pression foncière est importante », admet le maire Daniel Boisset.

Des services aux citoyens se sont ajoutés. Un cinéma a ouvert ses portes il y a quelques années et un centre aquatique est actuellement en chantier.

Le maire de Saint-Égrève, Daniel Boisset.Le maire de Saint-Égrève, Daniel Boisset. Photo : Radio-Canada / Bruno Giguère

Pour convaincre les automobilistes des quartiers plus éloignés d’entrer à Grenoble en tramway, 2300 cases de stationnement incitatif ont été aménagées. En tout, 1000 places supplémentaires vont s’ajouter d’ici 2022.

Je prends le tram régulièrement, alors que le bus, je ne le prenais pas forcément!

Daniel Boisset, maire de Saint-Égrève

Daniel Boisset assure qu’un changement de comportement est en train de s’opérer. L'arrivée du tramway a permis de garantir aux usagers de la ligne E un accès au centre-ville de Grenoble en 20 minutes, quelles que soient les conditions de circulation.

Un stationnement incitatif bordé de nouvelles constructions au nord de Grenoble.Un stationnement incitatif bordé de nouvelles constructions au nord de Grenoble. Photo : Radio-Canada / Olivier Lemieux

Festival de feux rouges

L’intégration du tramway ne s’est cependant pas faite sans heurts.

Sur la route 1075 allant à Grenoble, une voie de circulation automobile a été retranchée dans chaque direction et des feux rouges se sont ajoutés pour assurer la priorité du tramway jusqu’au centre-ville.

Sur une distance de 6 kilomètres, le nombre de feux de circulation a plus que doublé après les travaux, passant de 14 à 32!

Des voitures circulent sur une artère où plusieurs feux de circulation sont en fonctionPlusieurs feux rouges ont été ajoutés sur la route 1075 qui traverse Saint-Égrève. Photo : Radio-Canada

Comme les piétons doivent traverser jusqu’au centre de la route pour monter à bord du tramway, la circulation automobile peut être pénible aux heures de pointe.

La route 1075 se compare au boulevard Henri-Bourassa et à la 1ere Avenue dans le projet de Québec.

Les voies réservées aux autobus sur ces deux artères seront ultimement dédiées au tramway, ce qui aura inévitablement un impact sur la circulation automobile.

Une pancarte indiquant Piétons attention, tramway dans les deux sensTraverse de piétons à Grenoble Photo : Radio-Canada / Bruno Giguère

Reste à voir si l'ajout de feux de circulation sera nécessaire dans ces secteurs pour optimiser le déploiement du réseau structurant.

Élargissement d'autoroute en vue

La couronne grenobloise partage un autre point en commun avec Québec : une voie rapide congestionnée aux heures de pointe pour accéder au centre-ville.

Avant le lancement des travaux de la ligne E, plusieurs élus se disaient convaincus que le tramway permettrait d'alléger la circulation sur l'autoroute A480, un axe nord-sud vital pour entrer dans la ville de Grenoble ou la contourner.

L'A480 se compare ainsi à l'autoroute Laurentienne à Québec, qui court le long du boulevard Henri-Bourassa et qui permet à la banlieue nord d'atteindre la ville.

Or, près de 5 ans après l'inauguration de la ligne E, force est de constater que les déplacements sont toujours difficiles sur l'A480.

Même si le tramway a permis de densifier les municipalités le long de cette ligne, il n'a pas empêché les développements immobiliers plus loin, là où les nouveaux propriétaires demeurent dépendants de l'auto.

Tramway en banlieue de GrenobleTramway en banlieue de Grenoble Photo : Radio-Canada

Et la circulation en provenance de Lyon, une ville de 500 000 habitants située à une centaine de kilomètres au nord-ouest, demeure importante.

Résultat? L'agglomération de Grenoble est sur le point d'imiter Québec, en élargissant l'A480 à trois voies.

Bien qu'il s’efforce de convaincre sa population de prendre le tramway, le maire de Saint-Égrève, Daniel Boisset, donne son appui au chantier.

Limiter la vitesse

De quoi irriter le maire de Grenoble, Éric Piolle, qui travaille justement à limiter les entrées de voitures en ville.

Après s’être fortement opposé à l’élargissement de l’A480, il se dit maintenant prêt à l’appuyer si la limite de vitesse est abaissée afin de transformer la voie rapide en boulevard urbain.

Éric Piolle, maire de GrenobleÉric Piolle, maire de Grenoble Photo : Radio-Canada / Bruno GIguère

Il réclame aussi que la troisième voie soit strictement réservée au covoiturage.

« Si ces conditions ne sont pas là, explique-t-il, ça veut dire qu’on est dans une logique autoroutière. »

Ça n’a pas de sens de faire un projet autoroutier à ce stade!

Éric Piolle, maire de Grenoble

Rien n’indique cependant que ces contraintes seront retenues.

La commission d’enquête qui a donné le feu vert au projet les a reléguées au rang de simples recommandations. Les travaux devraient débuter d'ici la fin de l'année.

30 ans de tramway à Grenoble : l'impact sur les banlieues est le deuxième de trois reportages diffusés au Téléjournal Québec les 18, 19 et 20 février 2019 sur l'implantation du tramway à Grenoble, une ville comparable à celle de Québec. Nous nous sommes également rendus à Toronto afin d'aborder le fonctionnement d'un tramway dans des conditions hivernales. Ce reportage sera présenté le jeudi.

Québec

Transport en commun