•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Regina cherche à mieux contrôler la population problématique de lièvres

Un lièvre d'Amérique blanc sur la neige.

La Ville de Regina étudie différentes méthodes de contrôle de la population pour lutter contre les lièvres.

Photo : getty images/istockphoto / impr2003

Radio-Canada

La population croissante des lièvres a suscité des plaintes de la part de Réginois, poussant la Ville à adopter un programme pour contrôler la population de ces animaux qui causent aussi des dommages aux arbres de la ville.

Le responsable de la gestion forestière, des pesticides et de l'horticulture pour la Ville de Regina, Russell Eirich, indique que la population de lièvres a augmenté dans toute la ville, mais que les nouveaux secteurs, comme Harbour Landing, sont particulièrement touchés.

Il explique que les lièvres, qui mangent habituellement de l'herbe et d'autres végétaux, s’attaquent aux arbres en hiver.

« Quand il y a beaucoup de neige, les lièvres deviennent un peu plus agressifs, un peu plus affamés et commencent à s'attaquer aux arbres de la ville », a déclaré M. Eirich.

En plus de piéger et de tuer les animaux, la Ville a recours à diverses méthodes, notamment d'envelopper le tronc des arbres.

Un arbre dans un parc enneigé est enveloppé au niveau du tronc par une espèce de plastique cartonné blanc.

La Ville de Regina adopte plusieurs méthodes pour empêcher que les lapins s'attaquent aux arbres.

Photo : CBC / Bryan Eneas

« On essaie de déterminer une méthode qui soit appropriée et publiquement acceptable », explique-t-il.

On essaie de trouver un équilibre.

Russell Eirich, responsable de la gestion forestière, des pesticides et de l'horticulture pour la Ville de Regina

Russell Eirich explique que l'année dernière, la Ville a capturé 27 lièvres, en a relâché 10 et tué 17 dans le cadre de son programme, mais qu’aucun animal n’a encore été capturé cette année.

« On devra probablement procéder à l'euthanasie », a déclaré Russell Eirich, expliquant qu'étant donné l’ampleur du problème dans la ville, il serait difficile de relâcher les lièvres dans les municipalités rurales voisines.

« Je ne pense pas que ce soit responsable de décharger notre problème sur eux », dit-il.

Une cage en métal dans la neige avec de la nourriture dedans.

Quatre pièges en métal ont été placés dans un parc de Harbour Landing pour capturer des lièvres.

Photo :  CBC / Bryan Eneas

Dans un courriel, un porte-parole de la Ville a déclaré que les lièvres capturés sont si besoin « euthanisés dans une région éloignée », sans préciser de quelle façon ils sont tués.

Russell Eirich souligne que la Ville n’essaie pas d’éliminer la population de lièvres. « On doit travailler de pair avec la nature et avec ce qu'elle nous donne », affirme-t-il.

Des habitants critiquent le programme

Des bénévoles oeuvrant pour porter secours aux animaux s’inquiètent des pièges utilisés par la Ville, craignant que les animaux meurent de froid, le temps que les agents municipaux vérifient les pièges.

« Il y a de grandes chances que ces pièges capturent d’autres animaux, que ce soit des chats, ou autres, et qu'ils souffriront également [avec le froid] », a déploré Erin Pippen.

Mme Pippen souhaiterait que la Ville collabore avec les propriétaires des régions périphériques de Regina pour trouver des habitats propices aux lièvres plutôt que de tuer des animaux capturés.

Elle recommande aux propriétaires de protéger leurs arbres en vaporisant une solution au poivre de cayenne sur la base des arbres.

Saskatchewan

Animaux