•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau lobby en faveur du télétravail au Québec

Une jeune femme fait du télétravail.

Une jeune femme fait du télétravail.

Photo : Getty Images / skynesher

Thomas Gerbet

En pleine tempête, les gouvernements du Québec et du Canada, ainsi que la Ville de Montréal, encouragent ceux qui le peuvent à travailler de chez eux. Mais le télétravail est-il facilité par la législation et les employeurs? Pas assez, croit la nouvelle association Télétravail Québec qui s'est inscrite au registre des lobbyistes.

« Le bureau est fermé aujourd’hui à cause de la tempête. On est en télétravail », publie sur Twitter la compagnie montréalaise Phil Communications.

Les employés de cette entreprise font partie des privilégiés qui peuvent choisir d'être payés tout en restant chez eux, évitant ainsi les désagréments de la tempête hivernale.

« Le télétravail est présent au Québec, mais pas assez », regrette José Lemay-Leclerc, un résident de Longueuil qui a lancé, en novembre, l'association à but non lucratif Télétravail Québec, inscrite au registre des lobbyistes pour réclamer des changements législatifs.

Il réclame un plan d'action sur le télétravail pour aider les entreprises du Québec à le rendre « plus populaire et mieux encadré ».

L'Association affirme que le télétravail permettra de réduire les émissions de CO2 et les coûts de transport par une meilleure gestion des heures de pointe. Parmi les autres avantages avancés : conciliation travail-famille, baisse des frais immobiliers pour les employeurs, développement des régions...

C'est LA solution. [...] Un changement de culture doit s'opérer chez les employeurs.

Marianne Plamondon, présidente de l'Ordre des conseillers en ressources humaines agréés du Québec.

Les employeurs devraient s'ouvrir davantage au télétravail, croit l'avocate en droit du travail et présidente de l'Ordre des conseillers en ressources humaines agréés (CRHA), Marianne Plamondon.

« Les employeurs ne sont pas habitués à évaluer le rendement à distance », explique-t-elle. Marianne Plamondon recommande d'évaluer avant tout la qualité du travail « au lieu de faire du présentéisme ».

« Ce n'est pas parce que tu es au bureau que tu es efficace. Il y a aussi beaucoup de distractions au bureau », rappelle-t-elle.

Bien sûr, il y a toujours des cas d'abus, dit la présidente de l'Ordre des CRHA, l'employeur doit s'assurer que l'employé est autonome et performant.

Des enjeux de confidentialité peuvent aussi se poser. Quant à la responsabilité en cas d'accident à domicile, Marianne Plamondon rappelle que « l'employeur demeure responsable tout comme si son employé était sur le lieu de travail. »

Il ne s'agit pas d'un droit, mais d'un privilège.

Commission de la fonction publique du Québec.

Dans un document de la Commission de la fonction publique du Québec qui encadre le télétravail de ses employés, on peut y lire que certains principes doivent être respectés pour en assurer le succès. Ainsi le télétravail doit :

  • être une solution à court terme répondant à un besoin ponctuel
  • s’appliquer aux emplois dont la nature des tâches le rendent possible
  • ne pas nuire à l’efficacité du service ni aux autres membres du personnel
  • être autorisé par un gestionnaire
  • la période minimale de temps de travail au bureau est de 20 % pour le télétravail par projet et de 60 % pour le télétravail régulier
  • une personne ne peut être tenue d’effectuer du télétravail

Durant la dernière campagne électorale, le Parti québécois avait promis d'augmenter de 200 000 le nombre de télétravailleurs au Québec d’ici 2025.

En mars 2018, le Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations (CIRANO) a mené une étude sur le télétravail au Québec.

L'étude constatait que le télétravail ne permettait pas de conclure à une réduction du stress chez les employés. En revanche, les résultats soulignaient l’apport potentiel pour réduire les coûts sociaux associés au transport et pour contribuer à la croissance des revenus privés et gouvernementaux.

Parmi les avantages constatés par le CIRANO :

  • conciliation travail-famille
  • baisse des déplacements
  • hausse des heures travaillées

« Les bénéfices démontrés pourraient justifier l’instauration par les gouvernements de mesures favorisant le télétravail », écrit le CIRANO dans sa conclusion.

Les chercheurs recommandaient des politiques publiques qui pourraient prendre la forme d’aide financière, d’assistance technique ou de gestion.

Aux États-Unis, le gouvernement a créé une agence fédérale pour le déploiement du télétravail dans l’administration.

Dans l'arrondissement de Lachine, à Montréal, le collège Sainte-Anne organise une journée zéro carbone. Tous les élèves, restés à la maison, se branchent sur le réseau pour suivre l'enseignant à distance. C'est ce qu'ils font aujourd'hui, jour de tempête.

Relations de travail

Économie