•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sural sous la protection de la Loi sur les faillites

Affiche dans la neige
L'entreprise Sural est située dans le parc industriel de Bécancour. Photo: Radio-Canada

Aux prises avec d'importantes dettes qui l'ont menée à suspendre ses activités la semaine dernière dans son usine de Bécancour, l'entreprise Sural a déposé une requête en vertu de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC).

Sur le site de PricewaterhouseCooppers, un cabinet d’audit, on précise que l’entreprise est maintenant sous la protection de la LACC et que l’ordonnance initiale prévoit la suspension de toutes les procédures jusqu’au 11 mars.

Dans la requête datée du 8 février, rédigée en anglais et adressée à la Cour supérieure du Québec, il est précisé que la compagnie se retrouve face à une crise de liquidité et est insolvable.

L’entreprise serait endettée de 142 millions de dollars.

Le vice-président aux finances chez Sural, Stéphane Amyot, affirme qu'une proposition sera soumise aux créanciers au plus tard le 11 mars.

Entre temps, nous analysons la situation pour déterminer les actions à prendre, a-t-il déclaré.

La production a cessé mardi à l'usine de Victoriaville. À Bécancour, la grande majorité des activités ont été interrompues le 5 février.

Une trentaine de personnes travaillent chez Sural à Victoriaville et une soixantaine à Bécancour, selon le syndicat.

Le document précise qu’en raison d’un arrêt de l’alimentation en aluminium, son usine de Bécancour a suspendu ses activités et que la majorité de ses 60 employés ont reçu un avis de licenciement.

L’entreprise transforme de l'aluminium pour la production de tiges dans ses installations du parc industriel de Bécancour.

Le 1er février, Alcoa, le principal pourvoyeur d'aluminium de l’usine de Bécancour, aurait demandé que Sural s’acquitte d’une dette de 40 millions de dollars américains. Or, l’entreprise n’a pas pu répondre à cette demande et a décidé de suspendre ses opérations.

Toujours selon la requête, Sural Québec inc. et Sural Laminated Products of Canada, les deux entités requérantes dans ce dossier, emploient 100 personnes dans leurs usines de Victoriaville et de Bécancour.

Le Groupe Sural est une multinationale dont le siège social est situé au Venezuela.

Avec des informations de Pierre Marceau

Mauricie et Centre du Québec

Industries