•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un candidat à la direction du Parti libéral du N.-B. n’a pas la citoyenneté canadienne

René Ephestion, directeur général de la Maison Nazareth.
René Ephestion, directeur général de la Maison Nazareth. Photo: Radio-Canada
Jean-Philippe Hughes

Le premier candidat lancé dans la course à la chefferie du Parti libéral du Nouveau-Brunswick, René Ephestion, est détenteur d'une résidence permanente, mais n'a pas encore obtenu sa citoyenneté canadienne. Son statut pourrait le disqualifier de la course.

La journée de mardi a été haute en rebondissement au sein du Parti libéral du Nouveau-Brunswick. Après la nomination d’un chef intérimaire et l’annonce d’un nouveau candidat à la direction du parti, une nouvelle éclabousse le directeur général de la Maison Nazareth, René Ephestion.

M. Ephestion, détenteur d’une citoyenneté française, n’est pas citoyen canadien. Il est optimiste de la recevoir avant le 22 juin, la date où sera choisi le prochain chef libéral, mais la procédure pourrait s’étirer jusqu’au mois d’août, admet-il. Il a immigré au Canada en 2015.

Il soutient qu’il a toujours été transparent avec le comité organisateur au sujet de son statut, et qu’il est surpris d’apprendre aujourd’hui que la citoyenneté fait partie des critères d’éligibilité.

J’étais surpris de voir cette nouvelle règle apparaître, souligne M. Ephestion. J’espère que c’était une décision non influencée par l’extérieur ou par quelqu’un.

Les règles pour les candidatures à la chefferie, publiées le 7 février, requièrent que le candidat soit éligible pour l’élection à l’Assemblée législative du Nouveau-Brunswick conformément à la Loi électorale. Cette loi commande aux candidats d’être citoyens.

Or, sur le comité de coordination, tous n’étaient pas au courant du statut de M. Ephestion. Un des membres du comité, Jean-Claude D’Amours, affirme n’avoir jamais été informé de cette situation.

J’ai assisté aux réunions en personne ou au téléphone puis je n’ai aucun souvenir que ça a été discuté donc c’est une surprise pour moi aujourd’hui, tranche le député d’Edmundston-Madawaska-Centre et membre du comité, Jean-Claude D’Amours.

Je ne me souviens pas que ça ait été discuté.

Jean-Claude D’Amours

De son côté, M. Ephestion garde le cap et maintient sa candidature pour la chefferie libérale.

Je ne laisserai personne déstabiliser ma campagne et je n’abandonnerai pas mon idée d’aller dans cette course pour apporter mes idées, ma vision et en voulant changer les choses au sein du parti, soutient René Ephestion.

Je n’ai jamais voulu cacher quelque chose.

René Ephestion

M. Ephestion sent depuis le lancement de sa candidature en décembre qu’il dérange l’establishment libéral. Il affirme que des membres du comité de coordination lui ont dit que sa candidature ne serait pas disqualifiée pour autant.

Avec les informations de Jacques Poitras de CBC News

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale