•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le réseau Vitalité assure avoir « la situation en main »

Un homme en complet répond à des questions au micro.
Le président directeur général du réseau de santé Vitalité lors de la réunion tenue le 12 février 2018. Photo: Radio-Canada

Les temps sont durs pour le réseau de santé Vitalité, mais son PDG, Gilles Lanteigne, repousse les critiques du revers de la main : il n'a pas, assure-t-il, centralisé les pouvoirs du réseau, malgré ce qu'en dit l'organisme Santé Égalité en français.

Le Dr Hubert Dupuis, président de Santé Égalité en français, persiste et signe. Après avoir envoyé un communiqué lundi dans lequel l'organisme blâme Gilles Lanteigne pour les problèmes vécus par le réseau de santé Vitalité, il a de nouveau accusé la structure administrative implantée en février 2016 par le PDG lors d'une conférence de presse mardi.

Selon lui, cette nouvelle structure est la principale cause des problèmes liés aux services de santé telles l’augmentation des heures supplémentaires des infirmières ou encore la pénurie d’infirmières. Il demande la décentralisation de la gestion du réseau de santé.

La longue liste de problématiques de soins de santé dans les différents hôpitaux du Réseau de santé Vitalité témoigne que cette structure administrative ne fonctionne pas.

Dr. Hubert Dupuis, président Égalité Santé en Français
Hubert Dupuis, président de Santé Égalité en français, au micro en conférence de presse.Hubert Dupuis persiste et signe : les problèmes du réseau de santé Vitalité sont causés par la nouvelle structure imposée par son PDG, Gilles Lanteigne. Photo : Radio-Canada

Pas question de retourner en arrière pour Vitalité

Ce que Égalité Santé propose c'est un retour en arrière, une rétrogradation vers un modèle qui ne fonctionne plus au Nouveau-Brunswick, défend le PDG de Vitalité.

Gilles Lanteigne refuse les accusations portées par Santé Égalité en français à son égard : Ce n'est pas une centralisation du pouvoir, bien au contraire, dit-il.

Même son de cloche du côté du conseil d'administration de Vitalité. Sa présidente, Mycheline Paulin, assure sa pleine confiance en la gestion de Gilles Lanteigne.

De dire que nous n'avons pas la situation en main serait une fausseté.

Michelyne Paulin, présidente du conseil d’administration de Vitalité

La gestion de l'équipe de leadership avec à la tête Monsieur Lanteigne a la pleine pleine, 125 % la confiance de tous les directeurs, conclut-elle.

Avec les informations de François Vigneault

Nouveau-Brunswick

Établissement de santé