•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’ourson d’Aisaqvak se montre le bout du nez

Un ourson est collé sur sa mère.
L'ourson a maintenant 11 semaines. Photo: Facebook / Zoo sauvage de Saint-Félicien

L'une des nouvelles vedettes du Zoo sauvage de Saint-Félicien est finalement sortie de sa tanière cette semaine. L'ourson d'Aisaqvak a fait ses premiers pas à l'extérieur.

Âgée de 11 semaines, la petite bête est maintenant à l’aise de marcher. La biologiste du zoo, Christine Gagnon, a noté que la mère Aisaqvak s’occupe bien de son nouveau-né.

Elle est même trop protectrice. Combien de fois on l’a vu arrêter le petit avec sa patte parce qu’il voulait bouger, le ramener à elle. Elle est vraiment aux petits soins. Actuellement, on voit que le jeune commence à jouer, il est plus conscient de son environnement et on le voit en train de sauter à la gorge de sa maman et la mordre et elle le laisse faire, raconte Christine Gagnon.

L’autre ourson né en captivité, celui de Milak, se porte bien. Il a maintenant neuf semaines. Il est toutefois beaucoup plus petit que son demi-frère.

Les mâles peuvent aller jusqu’à 700 kilos, mais notre Yellé, lui, fait autour de 485 kilos alors, vous voyez, il y a des différences normales comme chez les humains. Alors, il semble un peu plus petit, mais il a l’air tout aussi vigoureux et en forme que l’autre, ajoute la biologiste.

Le sexe des deux oursons sera dévoilé au cours des prochaines semaines par le Zoo sauvage de Saint-Félicien.

La direction profitera de l'achalandage créé par la venue des petits pour sensibiliser les visiteurs au fait que l’ours polaire est une espèce vulnérable et qu’il faut tout mettre en place pour le protéger.

Saguenay–Lac-St-Jean

Animaux