•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des centaines de pigistes en colère contre une firme de traduction

Les logos sont blancs sur fond bleu. Able Translations avec 2 silhouettes de visages et Able Transports avec la lettre A en minuscule.

Les enseignes des entreprises Able Translations et Able Transport

Photo : CBC

Radio-Canada

Un des plus grands cabinets de traduction au pays est au bord du gouffre financier. Selon une enquête de CBC/Radio-Canada, Able Translations doit plus d’un million de dollars à l’Agence du revenu du Canada, ainsi qu’à des dizaines d’interprètes et traducteurs aux quatre coins du monde.

Un texte de Zach Dubinsky

Les locaux de la compagnie Able Translations sont difficiles à repérer.

Un bâtiment en brique rouge parmi tant d’autres, coincé entre une école islamique et un fabricant de ressorts en métal, tout au fond d’un parc industriel anonyme de la région de Toronto.

Lors de notre visite, la plupart des lumières étaient éteintes. Nous n’avons aperçu qu’un employé à l’intérieur.

Il y a quelques années, c’était tout le contraire. La firme de traduction était une véritable ruche bourdonnante d’activité. Elle employait 80 personnes et son chiffre d’affaires s’élevait à 7 millions de dollars.

À son zénith, la compagnie Able Translations comptait des noms bien connus des Canadiens parmi sa clientèle, entre autres Desjardins Assurance, Honda et le géant pharmaceutique GlaxoSmithKline.

La firme fonctionnait comme agence : elle recrutait des centaines de pigistes, puis leur offrait, entre autres, des contrats de traduction de documents ou du travail comme interprètes dans des hôpitaux, des cliniques de santé ou dans le cadre de procédures judiciaires.

Plusieurs d’entre eux se sentent maintenant trahis par une compagnie qui n’a pas tenu ses promesses. Cette dernière envoyait des chèques sans provision et doit toujours à certains d’entre eux des milliers de dollars.

Des dizaines de traducteurs ont intenté des procédures devant les tribunaux. Nous avons compté près de 250 poursuites au civil contre la compagnie depuis 2014.

Je ne pouvais pas croire que ça se déroulait au Canada. Nous avons pleuré, crié au téléphone, mais, en fin de compte, nous étions tellement impuissants, se désole Olga Angel. L’interprète d’origine colombienne qui habite Mississauga affirme s’être battue pendant deux ans afin de se faire payer des centaines de dollars pour des contrats effectués pour la firme Able Translations.

245 procès de 2015 à 2018 - 1,3 million de dollars d'impôts et de taxes impayés - 124 plaintes traitées par le ministère du Travail de l'Ontario.

La compagnie Able Translations - 3 chiffres

Photo : Radio-Canada / Vincent Wallon / Icônes : Freepik de www.flaticon.com

Une pratique systématique?

CBC/Radio-Canada a examiné des documents juridiques, des états de compte et des courriels et a parlé à une cinquantaine de traducteurs qui ont travaillé pour la compagnie.

Nous avons ainsi appris qu’au cours des cinq dernières années, la compagnie a accumulé une dette d’au moins un million de dollars. Son compte bancaire est gelé, ses biens font l’objet de brefs de saisies et ses plus importants clients ont résilié leurs contrats.

Pourtant, entre 2014 et 2017, Able Translations a touché au moins 4,7 M$ si l’on se fie aux revenus provenant seulement de ses contrats avec des gouvernements et des agences du secteur public.

Selon nos recherches, les propriétaires de la compagnie, Annabelle et Wilson Teixeira, possèdent une maison à l’ouest de Toronto d’une valeur de 800 000 $, un terrain de 20 hectares et deux voitures de luxe.

Wilson Teixeira en costume noir avec une cravate. Il parle dans un microphone.

Wilson Teixeira

Photo : Premio Empreendedor Inovador

Portrait de Annabelle Teixeira

Annabelle Teixeira

Photo : Facebook

Quelle portion des revenus annuels de la compagnie empochent les Teixeira à titre personnel? Ce n’est pas clair.

Selon des experts, tout cela dresse le portrait d’une compagnie qui semble éviter systématiquement de régler ses dettes et de payer ses factures.

Compte tenu du nombre [de poursuites] et de leur régularité, ce ne sont pas des cas isolés. Il y a une constance, dit Fay Faraday, professeure en droit à l’Université York et experte en droit du travail. On voit des manœuvres pour gagner du temps qui sont des tactiques connues de la part d'employeurs qui ne paient pas leurs travailleurs.

Fay Faraday dans un bureau. Derrière elle, une grande table avec des chaises.

Fay Faraday

Photo : Lisa Xing/CBC

Cauchemar de travailleurs autonomes

Mère de quatre enfants, France Lefebvre travaille comme pigiste depuis 17 ans.

Son conjoint, lui aussi traducteur, et elle ont commencé à travailler pour Able Translations vers 2011. Au début, les factures étaient payées à temps, en général. Puis, les paiements arrivaient en retard.

Quand les factures non payées se sont accumulées, le couple a cessé d’accepter les contrats de l’agence.

À leur grande surprise, ils disent avoir constaté qu’on cessait de leur payer leurs factures arriérées dès qu’ils arrêtaient d’accepter de nouveaux contrats.

France Lefebvre parle de son expérience personnelle comme pigiste pour Able Translations : Ce qu’ils font c’est qu’ils vous prennent, ils vous donnent du travail, ils vous mettent en confiance, ils vous paient régulièrement, et à un moment donné, oups! Ils arrêtent de payer.

Elle et son conjoint ont poursuivi la firme à la Cour des petites créances de l’Ontario.

En mai dernier, après 10 mois de requêtes préliminaires et d’ajournements, la compagnie s’est engagée volontairement à payer ses dettes, par des versements étalés sur un an.

Les deux premiers versements sont arrivés. Et depuis, rien. La compagnie doit encore 24 768 $ à Mme Lefebvre et 20 693 $ à son conjoint.

Près de 250 poursuites

Mme Lefebvre et son conjoint ne sont pas seuls à avoir eu de telles expériences, loin de là.

Selon nos recherches, Able Translations a fait l’objet de 245 poursuites au Canada depuis 2014. Les sommes réclamées totalisent près de 1,8 million de dollars.

Il y a eu des poursuites civiles intentées à Vancouver, Calgary, Edmonton, et partout dans le sud de l’Ontario. Les requérants viennent de partout au Canada et même de la Corée, d’Égypte et d’Angleterre.

Dans des dizaines de litiges, la compagnie s’est engagée en cour à payer les sommes réclamées, puis a cessé de faire les paiements. Dans au moins 13 de ces cas, Able Translations a remis des chèques sans provision.

Iryna Iudina, une traductrice de Vancouver, raconte que le comportement de la compagnie lui rappelle sa vie avant de quitter l’Ukraine. C’est caractéristique de mon pays d’origine, dit-elle, mais au Canada, on penserait que les normes sont plus élevées.

Ses factures et courriels démontrent qu’Able Translations lui doit au moins 1900 $ pour des services d’interprétation en russe.

Taxes et impôts impayés

Il n’y a pas que les traducteurs et interprètes qui réclament des sommes importantes à la compagnie.

Le plus important créancier d’Able Translations est l’Agence du revenu du Canada (ARC). La compagnie doit 644 195 $ en impôts et taxes non payés, selon des documents de la Cour fédérale.

Une société associée, Able Transport, doit 607 462 $. Elle appartient aussi à Annabelle et Wilson Teixeira, partage les locaux de l’agence de traduction et a des clients et des employés en commun.

Depuis 2017, l’ARC tente de saisir les biens des deux compagnies. La maison familiale et les voitures de luxe des Teixeira font l’objet de multiples droits de rétention.

Le ministère des Finances de l’Ontario réclame lui aussi des deux compagnies des dizaines de milliers de dollars non payés en impôt‑santé des employeurs.

En dépit du désordre financier et juridique entourant Able Translations, la firme semble toujours active.

Selon nos recherches, Able Translations parvient à payer une seule facture à temps, et c’est son loyer.

Récemment, une préposée contactée par CBC/Radio-Canada semblait prête à réserver des services de traduction. De nombreux pigistes, y compris certains de ceux qui poursuivent la compagnie, disent toujours recevoir des offres de travail.

Tout cela demeure un mystère pour plusieurs de ses créanciers, dont Yuan Han, une interprète qui a travaillé pour l’entreprise en 2014 et 2015.

Ça m’a pris plus de deux ans pour me faire payer pour tout mon travail. Beaucoup de gens ne comprennent pas pourquoi une compagnie aussi médiocre peut toujours être en activité.

CBC/Radio-Canada a soumis des questions et allégations détaillées aux dirigeants d’Able Translations en novembre dernier. La compagnie a répondu en affirmant que plusieurs aspects de notre enquête étaient incorrects. Elle a promis plus de précisions, mais ne les a jamais fournies.

Avec la collaboration de Declan Keogh

Justice et faits divers