•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Santé Sud a du mal à convaincre de l'intérêt de la vaccination

Une personne reçoit un vaccin contre la grippe.
Selon Denis Fortier, les parents qui choisissent de ne pas faire vacciner leur enfant le mettent en danger ainsi que les autres enfants de son entourage. Photo: La Presse canadienne / Jacques Boissinot
Julien Sahuquillo

La région de l'Office régional de santé du sud du Manitoba affiche des taux de vaccination inférieurs à la moyenne provinciale. Selon Denis Fortier, vice-président des services médicaux pour la région Santé Sud, il devient de plus en plus difficile de convaincre les Manitobains de se faire vacciner.

La vaccination pour la grippe est un bon exemple. Selon le dernier rapport annuel du ministère de la Santé du Manitoba, le taux d'immunisation était de 48 % dans le secteur sud, alors que la moyenne provinciale affiche un peu plus de 54 %.

« Le taux est en dessous de ce qu’on aurait voulu, reconnaît Denis Fortier. C’est un vaccin qui doit être donné chaque année et c’est difficile d’encourager les gens d’y retourner. »

Le vaccin antipneumococcique est un autre exemple. La région atteint un taux de 57 %, bien au-dessous des chiffres des autres Offices régionaux qui s’approchent de la moyenne provinciale de 62 %.

« On a des secteurs au sein de notre région où les taux de vaccination sont plus faibles que d’autres, notamment vers Winkler ou Steinbach », précise Denis Fortier.

Selon lui, cela correspond également à une hausse de la démographie, marquée par l’immigration.

« Il y a une forte immigration dans cette région en provenance d’Europe ou d’Afrique, avec des visions culturelles parfois différentes sur les vaccins [de celle] des Canadiens et des Manitobains », estime Denis Fortier.

Entre 2007 et 2017, le secteur couvert par l’Office régional Santé Sud a connu une croissance démographique de 21 %, contre 16 % pour Winnipeg.

Denis Fortier reconnaît néanmoins que, en près de 30 ans de carrière, il a toujours connu des personnes sceptiques quant à l'utilité de la vaccination.

Les maladies ne disparaissent pas, elles sont contrôlées grâce au fort taux de vaccination.

Denis Fortier, vice-président des services médicaux pour la région Santé Sud

Il s’inquiète pourtant du fait qu'il est de plus en plus difficile de faire valoir les résultats scientifiques des études.

« C’est difficile de convaincre les gens avec la science, explique Denis Fortier. Les gens sont plus facilement séduits par les histoires et les témoignages. Pour l’heure, les histoires qui se propagent, notamment sur Internet, sont opposées aux vaccins. »

Il ajoute que Santé Sud est en cours de réflexion pour trouver des façons d'améliorer la sensibilisation et l'information autour de la vaccination et de ses bénéfices.

« La vaccination, c’est une question personnelle. Même si l'on a le droit de faire nos choix, ils peuvent toucher nos voisins et l’ensemble de la société », précise Denis Fortier.

Manitoba

Vaccination