•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La presse francophone lutte aussi contre les « fake news »

Un Pinocchio assis sur une pile de journaux pour représenté les Fake News.
Partout sur la planète, des citoyens se font berner et partagent malgré eux sur Facebook et Twitter, des informations...qui n’en sont pas, des Fake News. Photo: getty images/istockphoto / malerapaso
Landry René

Ce qu'on appelle les « fake news », ou les fausses nouvelles, se répandent sur les médias sociaux et l'Association de la presse francophone participe à la lutte pour les contrer.

Cette organisation, qui représente plusieurs journaux en Atlantique, en Ontario, dans l'Ouest et le Nord du pays diffuse un guide pour aider les consommateurs de nouvelles à bien identifier les fausses nouvelles. Il s'agit d'un guide en huit points préparé par la Fédération internationale des associations et institutions de bibliothèques.

Un guide pour déceler les « fake news »Un guide pour déceler les « fake news » Photo : IFLA

Le président du conseil d'administration de l'Association de la presse francophone et éditeur-directeur général de l'Acadie Nouvelle, Francis Sonier, croit que le public doit rester vigilant.

On trouvait que l'idée était intéressante de promouvoir ce guide-là pour montrer comment repérer les fake news, explique-t-il. Depuis les dernières années, on voit des gens qui se fient à un contenu plutôt douteux, qui vient par exemple sur Facebook ou d'autres médias sociaux. Ce sont des textes qui ont l'air de vraies nouvelles, mais qui sont des informations inventées. Depuis quelques années, c'est le message qu'on envoie de s'assurer que l'information que vous consommez est crédible, vérifiée et surtout vérifiable.

Francis Sonier, président du conseil d'administration de l'Association de la presse francophoneFrancis Sonier, président du conseil d'administration de l'Association de la presse francophone Photo : Gracieuseté

Chez nous, un site comme les Niaiseries acadiennes montre, comme son nom l'indique, des nouvelles inventées plus loufoques les unes que les autres. Malgré tout, certains parviennent à croire ce qu'ils viennent de lire. Toutefois, d'autres publications insidieuses ne visent pas simplement à faire sourire, mais à tromper le lecteur.

On parle beaucoup de fake news, surtout depuis l'avènement de Donald Trump aux États-Unis, poursuit Francis Sonier. Il est le premier à parler de fake news, mais en réalité c'est qu'il sensibilise lui aussi les gens vers la vraie nouvelle. C'est pour ça qu'il y a de grands médias, comme le New York Times ou le Washington Post ont vu leur tirage et leurs abonnements exploser avec le temps. Les gens s'aperçoivent qu'il y a du faux dans ce qui est dit et les médias traditionnels, comme les grands journaux par exemple, diffusent ce qui est vrai, ce qui a été vérifié.

Nouveau-Brunswick

Fausses nouvelles