•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Séquestration à Saint-Honoré : de nouvelles accusations contre les présumés agresseurs

La pancarte devant le palais de justice de Chicoutimi
Le palais de justice de Chicoutimi Photo: Radio-Canada

De nouvelles accusations ont été portées contre les cinq présumés agresseurs qui auraient tabassé un jeune homme de 18 ans la semaine dernière à Saint-Honoré.

Simon Durand, 26 ans, et Samuel Simard, 23 ans, d'Alma, de même qu'Olivier Côté, 21 ans, Vicky Lavoie, 23 ans, et Cassandra Racine, 20 ans, de Saguenay étaient déjà
accusés de voies de fait graves causant des blessures.

Le groupe fait maintenant face à des accusations de complot pour voies de fait, d'enlèvement, de séquestration, de voies de fait avec un bâton télescopique et de menaces de mort.

Les événements sont survenus dans la soirée du 5 février.

Un jeune homme de 18 ans a porté plainte à la Sûreté du Québec après avoir été battu et abandonné par cinq personnes dans le rang Saint-Marc à Saint-Honoré.

Il y a un certain stratagème afin que monsieur embarque dans le véhicule. Monsieur a été amené à un endroit qui n'était pas nécessairement l'endroit qu'il prévoyait et, par la suite, on l’a séquestré, il a été battu à l'aide d'un bâton télescopique, explique la procureure aux poursuites criminelles et pénales, Karen Inkel.

Dans ce dossier, la Couronne a accepté que deux prévenus, Samuel Simard et Vicky Lavoie, reprennent leur liberté le temps des procédures judiciaires.

Malgré la gravité des gestes, il y a quand même la présomption d'innocence derrière tout ça, mais c'est surtout que ce sont des personnes qui ne sont pas très criminalisées. Donc, présentement, clairement, le ministère public ne voyait pas la nécessité que ces personnes-là restent détenues, souligne l’avocat Julien Boulianne.

L'enquête sur remise en liberté des trois autres accusés se déroulera d'ici une semaine au palais de justice de Chicoutimi.

Saguenay–Lac-St-Jean

Justice et faits divers