•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le choix de laisser une école ouverte malgré la tempête suscite de l'inquiétude

Photo d'un autobus jaune recouvert de neige garé le long d'une grande avenue.
Le transport scolaire a été annulé un peu partout dans le Sud ontarien. Photo: Radio-Canada / Michel Bolduc

Kingston recevra entre 15 à 35 cm de neige durant la tempête qui s'abat sur le Sud de l'Ontario de mardi à mercredi, selon Environnement Canada. Toutes les écoles ont donc été fermées, sauf celles des conseils scolaires francophones, ce qui a suscité l'inquiétude chez certains.

La base militaire a envoyé un message pour dire que les services étaient fermés, plusieurs centres de santé, les conseils anglophones, les systèmes d’autobus... Tout ce qui est autour de nous est fermé sauf l’école francophone catholique, explique Lucie Querry, enseignante en 1re année à l’École élémentaire catholique Mgr-Rémi-Gaulin de Kingston.

Cette école fait partie du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) dont les bureaux sont à Ottawa.

Le conseil suggère aux parents de venir chercher leurs enfants, mais l’école demeure ouverte, précise-t-elle.

Mme Querry ajoute que si tous ses élèves partaient, elle pourrait rentrer chez elle rejoindre ses trois enfants qui l’attendent à la maison.

Elle se dit inquiète de voir que tous les services autour ont été annulés depuis tôt mardi matin tandis que le conseil scolaire leur a signalé que ce n’était pas dans [leur] politique de fermer.

Ne pas venir au travail n’est toutefois pas envisageable, selon elle, puisque lorsque les autobus scolaires sont annulés, les enseignants doivent fournir un billet du médecin justifiant leur absence.

Plusieurs membres du personnel ont apporté leurs pelles dans les salles de classe aujourd’hui, un peu en signe de manifestation, mais aussi pour notre sécurité et être certains qu’on est capables de se rendre à notre auto et la déneiger, dit-elle.

Moi je ne veux pas devenir une statistique, je ne veux pas devenir la personne dont on va se souvenir parce que les politiques devraient changer et puis je n’aimerais pas entendre qu’il est arrivé quelque chose à l’un de mes élèves ou collègues. On ne peut pas se tuer pour notre travail. Même si je suis passionnée par ce que je fais et que j’adore mes élèves, ma famille est à la maison en ce moment et c’est avec elle que je devrais être.

Lucie Querry, enseignante en 1re année à l’École élémentaire catholique Mgr-Rémi-Gaulin de Kingston

De son côté, l'autre conseil français de la région, le Conseil des écoles publiques de l'Est de l'Ontario (CEPEO) a effectué un retour progressif des élèves à la maison vers midi, après avoir d'abord ouvert ses écoles le matin.

Le porte-parole du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est, Philippe Lebel, a expliqué dans un courriel qu’en de telles circonstances le conseil suit la situation de près et veille à la sécurité des élèves et du personnel. Il a ajouté que le conseil avait écrit aux parents en après-midi pour leur proposer de venir chercher leurs enfants plus tôt s’ils le souhaitaient.

Les écoles des deux conseils français seront fermées mercredi.

Toronto

Conditions météorologiques