•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un homme refoulé à la frontière pour une condamnation remontant à 1976

Un homme arbore un costume de cowbow : il porte un chapeau de paille, un foulard bleu et rouge au cou, une veste de suède et des jeans bleus.
Bev Camp, habitant de London et septuagénaire. Photo: Bev Camp / Facebook
Radio-Canada

Bev Camp a été refoulé à la frontière américaine en raison d'une condamnation pour possession de marijuana datant de 1976. L'homme de 73 ans de London, en Ontario, voulait rendre visite à des amis en Floride.

[La condamnation] était si petite et insignifiante que je me suis demandé qui allait en tenir compte, dit-il.

Selon lui, le refouler à la frontière à cause d'une condamnation qui s’est produite il y a plus de quarante ans est nébuleux et absurde.

M. Camp a traversé la frontière sans problème à Buffalo, dans l’état de New York en janvier 2019.

Cependant, son expérience du mois de février fut tout autre : l'habitant de London se dit maintenant réticent à voyager aux États-Unis.

Ça m’a fait beaucoup de mal, dit-il.

Des ennuis avec les agents de la paix

C’est à l’intérieur d’un autobus partant de London vers Détroit qu'un agent frontalier a confronté M. Camp au sujet de sa possession de drogue en 1976.

Selon lui, la condamnation mineure ne lui avait jamais causé de problème auparavant.

CBC News a contacté les services frontaliers des États-Unis, le U.S. Customs and Border Protection (CBP), à ce sujet.

CBP a répondu que des incidents comme ceux qui se sont produits avec M. Camp peuvent arriver.

La possession ou une admission d’utilisation de marijuana par un visiteur peut aboutir à un refus d’admission au pays, selon un porte-parole du CBP.

Selon les services frontaliers, plus de 60 motifs d’inadmissibilité existent aux États-Unis.

Bien que la marijuana thérapeutique et récréative soit légale au Canada et dans quelques États américains, la vente, la possession et la distribution de cette substance sont illégales, selon la loi fédérale des États-Unis.

En octobre, le gouvernement canadien a publié un communiqué rappelant aux citoyens voyageant à l’extérieur du pays que les incidents liés au cannabis sont toujours illégaux dans certains pays.

Toronto

Cannabis