•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Éducation en français : Alpha Barry revient d'Ottawa « soulagé »

Un égo-portrait d'un homme accompagné d'une femme et d'un homme

Alpha Barry s'est notamment entretenu avec la ministre des Langues officielles et de la Francophonie, Mélanie Joly, et le député libéral Randy Boissonnault.

Photo : Twitter / Alpha Barry

Radio-Canada

Le président du Conseil scolaire fransaskois (CSF), Alpha Barry, est soulagé après avoir rencontré des membres de la classe dirigeante pour les sensibiliser aux besoins de fonds supplémentaires en matière d'éducation en français en milieu minoritaire.

Alpha Barry faisait partie de la délégation de la Fédération nationale des conseils scolaires francophones (FNCSF) qui a rencontré, le 7 février, une vingtaine de députés et de sénateurs dans le cadre d'une journée de démarchage politique à Ottawa.

« Je suis sorti de là soulagé et avec un sentiment de mission accomplie », s’est réjoui Alpha Barry, mardi.

Cette journée avait pour but d'ouvrir les discussions pour sensibiliser le gouvernement fédéral aux besoins de financement supplémentaire versé aux ministères de l’Éducation des provinces et des territoires pour assurer l’éducation en français en milieu minoritaire. Les négociations vont bientôt commencer pour préparer le prochain plan quinquennal sur les langues officielles 2023-2028.

« Il est important de signifier que [le nombre] des inscriptions dans nos écoles a connu une augmentation de 16 % depuis cinq ans [partout au pays] », a dit Alpha Barry, soulignant que l’augmentation des fonds prévus dans le protocole d’entente sur les langues officielles n’est pas suffisante pour répondre à la réalité des communautés minoritaires francophones.

Le recrutement d’enseignants en français dans les milieux minoritaires a aussi été l'une des questions abordées lors des rencontres.

Selon le président du CSF, les ministres et les sénateurs qu'il a rencontrés semblent les avoir entendues.

« La plupart des ministres que nous avons rencontrés ne savaient pas grand-chose de l’importance de ces fonds-là », a-t-il indiqué.

Alpha Barry espère ainsi que les députés seront plus avisés lorsque ces enjeux seront débattus en Chambre.

Saskatchewan

Francophonie