•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le réseau de blanchiment démantelé par la GRC s'étendait dans huit pays

Jacques Bissonnet fait le point.
Gaétan Pouliot

Des centaines de millions de dollars ont transité par le réseau de blanchiment d'argent international démantelé lundi par la Gendarmerie royale du Canada (GRC). Ce réseau offrait ses services à six cellules du crime organisé de Montréal et de Toronto.

Au cours de l’enquête qui a débuté en 2016, la GRC a découvert que des individus déplaçaient, de Montréal vers Toronto, d’importantes sommes d’argent provenant notamment du trafic de drogue.

Les billets de banque, transportés dans des sacs pouvant contenir des dizaines, voire des centaines de milliers de dollars à chaque course, étaient ensuite mis en commun.

Ce « système bancaire souterrain », comme l’a appelé la GRC, avait des ramifications au Liban, aux Émirats arabes unis, en Iran, aux États-Unis et en Chine.

Finalement, le réseau permettait d'envoyer de l'argent vers des pays exportateurs de stupéfiants, comme la Colombie et le Mexique. Les organisations criminelles canadiennes pouvaient ainsi financer leurs importations de drogue.

Une enquête d'envergure

Des sacs de comprimés sur une table.Les agents ont saisi pour 2,2 millions de dollars de drogues diverses lors de l'opération Collecteur. Photo : Gendarmerie royale du Canada

Plusieurs corps policiers et enquêteurs de Revenu Canada ont participé à l’enquête de la GRC baptisée Collecteur. Cette dernière a été déclenchée par la transmission d'une information en provenance de l'Agence américaine de lutte contre la drogue (DEA), a expliqué mardi la GRC.

L’importante opération policière a mené à l'arrestation de 14 suspects et a mobilisé quelque 300 policiers à travers le pays.

Trois suspects sont toujours recherchés.

Photos de trois hommes recherchés.Les trois suspects toujours recherchés par la GRC dans le cadre du démantèlement d'un vaste réseau de blanchiment d'argent à Montréal et Toronto. Photo : Radio-Canada

Les personnes arrêtées font face aux accusations suivantes :

  • Complot
  • Possession de stupéfiants en vue d'en faire le trafic
  • Infraction au profit d'une organisation criminelle
  • Trafic de biens criminellement obtenus
  • Recyclage des produits de la criminalité

« C’est l’une des rares enquêtes de blanchiment d’argent ayant mené à des accusations de gangstérisme », explique Martine Fontaine, responsable des enquêtes criminelles de la GRC.

Les policiers ont mis la main sur les deux présumées têtes dirigeantes du réseau, Nader Gramian-Nik, 56 ans, de Vaughan, qui dirigeait la « cellule Ontario » et Mohamad Jaber, 51 ans, de Laval, à la tête de la « cellule Québec ».

Biens saisis

Une maison de luxe.L'une des luxueuses résidences perquisitionnées par les policiers lundi dans le cadre de l'opération « Collecteur ». Photo : Gendarmerie royale du Canada

L'Agence du revenu du Canada et la GRC ont procédé au blocage de sept propriétés, situées à Laval, à Montréal, à Mont-Tremblant et à Toronto, d'une valeur estimée à 22 millions de dollars.

Des sommes d'argent en devises canadiennes et étrangères, d’une valeur de 8,7 millions de dollars, ont aussi été saisies, tout comme d'importantes quantités de drogue.

La valeur estimée des biens saisis et bloqués s'élève à 32,8 millions de dollars.

Avec La Presse canadienne

Justice et faits divers