•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ligne de la Confédération de l'O-Train : RTG vise toujours le 31 mars, le DG d'OC Transpo sceptique

Un train entre dans la station.
Le chantier de la station St-Laurent en septembre 2018. Photo: Ville d'Ottawa
Radio-Canada

« Nous n'anticipons aucun autre scénario que le 31 mars » comme date de mise en service de la ligne de la Confédération de l'O-Train, a affirmé mardi le président-directeur général du Groupe de transport Rideau (RTG), Peter Lauch.

John Manconi, le dirigeant d'OC Transpo, s'est montré plus sceptique. D'aucune façon ne va-t-il accepter un système qui ne répond pas à ses attentes, particulièrement en matière de sécurité, a-t-il dit.

Des représentants du RTG, le consortium chargé de la mise en place de la ligne de la Confédération de l'O-Train, présentent mardi matin une mise à jour au Comité des finances et du développement économique de la Ville d'Ottawa.

M. Manconi a par ailleurs indiqué que plusieurs stations étaient complétées où près de l'être, notamment les stations Lyon et Parliament. Il s'est aussi réjoui du rattrapage important réalisé à la station Rideau, qui soulevait des inquiétudes en septembre en raison de délais de construction.

John Manconi a soutenu que l'entreprise Alstom n'avait toujours pas livré tous les trains de la flotte. Au total, OC Transpo possédera 15 trains doubles et quatre trains uniques de réserve lors de la mise en oeuvre du train léger. Nous sommes en voie d'y arriver, a-t-il assuré.

En date de mardi, 24 des 34 véhicules étaient prêts, a indiqué le directeur du programme de construction du train léger, Michael Morgan.

Liste de choses à faire

Bon nombre d'éléments restent à compléter avant que la Ville n'obtienne les clés de son système, ont expliqué les représentants.

Parmi les tâches qui doivent être réalisées avant la mise en oeuvre, des tests de ventilation des tunnels restent à faire afin d'assurer le flot de l'air et la sécurité des tunnels.

Par ailleurs, des évaluations indépendantes équivalant à des milliers de pages doivent être signées par de multiples ingénieurs afin d'assurer tous les acteurs de la sécurité de tout le système, a soutenu M. Manconi.

L'un des derniers éléments à faire, l'un des plus cruciaux, est une série de tests de défaillance menés sur 12 jours complets, où 15 véhicules doivent circuler d'un bout à l'autre de la ligne sans heurts. Une fois cet examen passé avec succès, la Ville pourra prendre possession de la ligne.

Délais

Le consortium RTG n’a pas respecté ses échéanciers initiaux. La première échéance de livraison du train léger était le 24 mai 2018. Elle avait été repoussée au 2 novembre de cette année.

Ces retards entraîneront des frais au consortium qui construit le train léger. Une amende d’un million de dollars est imposée à GTR, en plus de quatre millions de dollars par mois en frais d’entretien.

Par ailleurs, des simulations sont en cours à certaines stations clés, pour pratiquer l’arrimage des correspondances entre les autobus et le train. En heure de pointe, des dizaines d’autobus assureront le transfert des passagers entre les stations et les quartiers résidentiels.

Ottawa-Gatineau

Transport en commun