•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’histoire des Noirs vue à travers le pagne

Plusieurs vêtements colorés sur des mannequins dans un magasin.
Des chemises en pagne Photo: Radio-Canada / Noémie Moukanda
Radio-Canada

Étoffe imprimée riche en symboles, le pagne, permet de plus en plus la transmission de l'histoire de nombreuses communautés. Ce tissu africain sera d'ailleurs mis à l'honneur dans un défilé de mode qui se tiendra samedi, à Vancouver, dans le cadre du Mois de l'histoire des Noirs.

Un texte de Noémie Moukanda

Ce défilé de mode africain est l’occasion de réunir les communautés, qu’elles soient africaines ou occidentales, autour du tissu imprimé, explique Yao Mohammed, l'un des organisateurs de cette activité phare du Mois de l'histoire des Noirs à Vancouver. Selon lui, ce tissu dépasse la culture africaine.

Plusieurs tissus colorés et imprimés disposés côte à côte.Des pagnes Photo : Radio-Canada / Noémie Moukanda

L'étoffe imprimée africaine est très unique. Chaque région a des motifs différents, qui symbolisent l'histoire et signifient quelque chose qui lui est propre.

Yao Mohammed. coorganisateur, African Fashion and Movement Arts Vancouver

Une mosaïque colorée

Le pagne, c'est l’identité, une valeur des Africains.

Safari Kabumbe, couturier congolais
Un homme montre des vêtements qui se trouvent sur cintres.Le couturier Safari Kabumbe devant ses créations Photo : Radio-Canada / Noémie Moukanda

Le couturier Safari Kabumbe, originaire de la République démocratique du Congo, identifie l’unicité du pagne dans ses couleurs qui sont repérables parmi des milliers.

La couleur jaune, c'est la joie. Le vert, c'est la nature. La couleur noire, c'est l'autorité.

Safari Kabumbe, couturier congolais
Deux sortes de tissus dont l'une représente Bob Marley et le continet africain. Des pagnes Photo : Radio-Canada / Noémie Moukanda

Ces teintes se retrouvent dans presque tous les pagnes, souligne-t-il, mais, selon les pays, leurs significations varient.

Un homme noir pris en photo dans un magasin africainOmar Thiam, designer sénégalais, Touch of Africa Photo : Radio-Canada / Noémie Moukanda

Pour Omar Thiam, designer sénégalais et propriétaire de Touch of Africa, « les couleurs sont importantes en Afrique », et sont, avant tout, là pour apporter « la joie de vivre ».

une étoffe multicolore avec du bleu, jaune, blan et noir.Un pagne Photo : Radio-Canada / Harold Dupuis

Vecteur de transmission des cultures africaines

Bien qu’il soit la marque de fabrique de l’Afrique, le pagne constitue une rencontre de cultures qui remonte à la fin du 18e siècle. Le tissu a été en effet importé sur le continent européen par les Hollandais, qui l’ont trouvé en Indonésie. Avec une telle histoire, il tisse aujourd’hui des liens avec les communautés occidentales, estime Safari Kabumbe.

Des étoffes superposées les unes sur les autres dans une boutique.Différentes sortes de tissus imprimés africains Photo : Radio-Canada / Noémie Moukanda

Pour moi, le pagne, c'est la vie. C'est comme une connexion.

Safari Kabumbe, couturier congolais

Le fait que ce pagne soit de plus en plus prisé par la population occidentale procure une certaine « fierté » à ce passionné de couture. Parce que, raconte-t-il, c’est souvent ceux qui ont visité l’Afrique qui veulent conserver ce lien en portant des vêtements faits en pagne.

Un vêtement sur lequel il y a des imprimés tels que un autobus ou encore des palmiers.Une robe en tissu imprimé avec différents symboles africains Photo : Radio-Canada / Noémie Moukanda

Pour Omar Thiam, le tissu africain est sans aucun doute « l'élément de la culture africaine qui est le plus visible, étant donné qu'on le porte ». À travers ses symboles, ses motifs et ses dessins, le pagne raconte souvent les us et coutumes d’un continent riche de 54 pays.

Des robes, boubous ou chemises sur des cintres.Des vêtements en pagne Photo : Radio-Canada / Noémie Moukanda

Pour une personne qui ne connaît pas l'Afrique, on peut commencer par le tissu. Le voir, le regarder, l'essayer et puis le porter.

Omar Thiam, designer sénégalais

Au confluent de la tradition et de la modernité

Le pagne, dont le nom diffère selon les régions, se porte facilement car il est « léger, confortable, souvent entièrement en coton », fait remarquer Omar Tiam, qui ajoute qu'en se modernisant ce tissu imprimé a dépassé les frontières.

Deux vêtement accrochés sur cintres.Une chemise et un ensemble avec veston en pagne Photo : Radio-Canada / Noémie Moukanda

Le traditionnel, personne ne touche à ça. On aime bien porter [le pagne de manière] traditionnelle.

Omar Thiam, designer sénégalais
Des vêtements de toutes les couleurs et de tous les motifs sur cintres.Des robes aux motifs africains Photo : Radio-Canada / Noémie Moukanda

Toutefois, la modernisation n’a pas chassé la tradition. Le pagne s’adapte à chaque occasion en étant surtout l’élément indispensable lors d’un mariage coutumier. Même si les mamans africaines continuent d’affectionner le port traditionnel, c’est-à-dire un pagne long et un second plié qui se superpose à lui, les robes, vestes, pantalons et accessoires ont gagné leurs lettres de noblesse, surtout auprès des plus jeunes.

Un collage de quatre photos avec des chapeaux et des sacs.Des accessoires en pagne Photo : Radio-Canada / Noémie Moukanda

Colombie-Britannique et Yukon

Histoire