•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fermeture de la rue Elgin : les commerçants s'adaptent tranquillement

Des clôtures et des plaques de bois sont aménagées sur la rue Elgin.
La fermeture de la rue Elgin a déjà des répercussions négatives sur les commerces qui longent cette artère du centre-ville. Photo: Radio-Canada
CBC

Un mois après le début du projet de revitalisation de la rue Elgin qui devrait durer un an, les propriétaires d'entreprises situés le long de l'artère fermée du centre-ville d'Ottawa s'adaptent toujours à leur nouvelle réalité.

Hallie Cotnam, journaliste de l'émission Ottawa Morning à la radio de CBC, a rencontré quelques-uns de ces entrepreneurs. Voici ce qu'ils avaient à dire, dans leurs propres mots :

Robin Coull, de chez Pot & Pantry

Robin Coull en entrevue à Radio-Canada dans sa boutique.Robin Coull préfère voir le verre à moitié plein. Photo : Radio-Canada

Je savais que la rue Elgin connaitrait ce renouveau avant même que je signe mon bail, alors je me prépare du mieux que je peux depuis quelques années.

J'ai fait un sondage à la caisse qui tenait compte du code postal de mes clients. De cette façon, j'ai pu voir combien de personnes venaient en auto, combien de personnes venaient à pied, si j'avais besoin de faire de la publicité à l'extérieur de ma boutique, faire une infolettre ou si je devais concentrer mon temps pour établir une clientèle régulière… J'ai aussi comparé le trafic en semaine et la fin de semaine.

La plupart des gens, je dirais 75 % de nos clients, viennent de quartiers accessibles à pied autour de la rue Elgin.

On peut tous s'apitoyer sur notre sort en raison de la construction, mais on préfère en faire un jeu. Nous avons de drôles de jeux de mots basés sur des paroles de chansons à propos de la construction et ça fait sourire les travailleurs. C'est exactement ce qu'on veut.

Susan Murray, du fleuriste Scrim's

Susan Murray devant la vitrine de sa boutique de fleuriste.Susan Murray compte sur une clientèle régulière et demeure optimiste. Photo : Radio-Canada

Nous avons des clients dont le bouquet de mariage de leur grand-mère a été fait ici, dont le bouquet de mariage de leur mère a été fait ici et qui sont maintenant ici pour leur bouquet de mariage. Scrim's a surmonté une récession, je crois qu'on peut surmonter un embellissement.

J'espère que nous n'aurons pas cet énorme trou en face de la boutique pour la Saint-Valentin, parce que c'est une journée très occupée pour nous.

Jusqu'à maintenant, la Ville a été très coopérative avec les demandes de commerçants alors j'allais leur envoyer un courriel pour leur demander d'avoir une passerelle pour piéton le 14 février.

Kelly An, du Ginza Ramen Sushi and Sake Bar

Kelly An pose devant le comptoir de son restaurant.Le Ginza Ramen Sushi and Sake Bar constate les répercussions de la fermeture de la rue Elgin. Photo : Radio-Canada

Nous sommes normalement occupés entre midi et 14 h, donc ça devrait être rempli actuellement, mais c'est à moitié vide.

De façon générale, les gens ne veulent plus venir sur la rue Elgin.

À vrai dire, nous avons réduit notre personnel de soir la fin de semaine, parce que c'était très occupé, mais maintenant il y a un seul serveur au lieu de deux.

Minoo Banaei, de Bel Fiore Flowers & Collectibles

Minoo Banaei en entrevue à l'intérieur de sa boutique.Plus de stationnements pourraient pallier en partie la fermeture de la rue Elgin selon certains commerçants. Photo : Radio-Canada

Ce mois de janvier était bien moins occupé que l'an passé, vraiment, vraiment moins. J'attribue ça à la construction.

En ce moment, vous voyez les officiers de la ville? Ils donnent des contraventions aux gens. Également, en raison de la température, il y a des bancs de neige partout.

Je sais que c'est difficile, je sais que c'est un gros problème de la nature, mère Nature, mais ils doivent vraiment permettre aux gens de se stationner.

Quin Zhang, du restaurant Oriental House

Quin Zhang en entrevue à CBC à l'intérieur de son restaurant.Quin Zhang craint pour l'avenir de son restaurant. Photo : Radio-Canada

Nous essayons de faire de la publicité pour convaincre les gens de venir chercher leur nourriture ici ou de manger sur place. On essaye de stimuler les ventes, mais je ne sais pas ce que nous réserve le futur.

On va essayer de continuer, mais on espère recevoir de l'aide du gouvernement ou de la Ville.

Ottawa-Gatineau

Entrepreneuriat