•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les conservateurs d’Andrew Scheer à l’assaut de la forteresse libérale au N.-B.

Andrew Scheer s'adresse au public
Le chef des conservateurs Andrew Scheer s'est attaqué au bilan de Justin Trudeau lors d'une assemblée publique à Fredericton lundi. Il va rencontrer le premier ministre du Nouveau-Brunswick mardi. Photo: La Presse canadienne / James West
La Presse canadienne

Le chef conservateur Andrew Scheer a lancé l'opération de séduction au Nouveau-Brunswick lundi. En 2015, le Parti conservateur du Canada avait été complètement effacé la carte électorale de la province.

Andrew Scheer a l’intention de remédier à la cuisante défaite de la dernière élection fédérale. Les libéraux de Justin Trudeau avaient conquis les 32 sièges fédéraux des provinces atlantiques, dont l’ensemble des 10 sièges disponibles au Nouveau-Brunswick.

Même si les libéraux ont remporté 32 sur 32 aux dernières élections, les gens des provinces atlantiques sont passés à 0 sur 32 depuis, a lancé Andrew Scheer à Fredericton lundi.

Le chef du Parti conservateur du Canada participait à une assemblée publique alors que les élections arrivent à grands pas. Mardi, Andrew Scheer s’adressera à un groupe de gens d’affaires avant de rencontrer Blaine Higgs et le caucus progressiste-conservateur.

Il tiendra ensuite une séance de remue-méninges politique entre les conservateurs des différentes provinces atlantiques. Blaine Higgs est devenu le seul premier ministre conservateur en Atlantique l’automne dernier. M. Scheer a évoqué des points sensibles dans les régions de l’est du pays.

Il y a beaucoup de frustration, surtout ici au Nouveau-Brunswick, parce que les libéraux ont signé l’arrêt d’Énergie Est et tous les libéraux de la région ont voté contre notre motion en soutien à Énergie Est, a souligné M. Scheer.

De toute évidence, la taxe carbone est très impopulaire ici, a-t-il dit. Les gens savent qu’ils paieront plus de taxes qu’ils en recevront.

Ça rend la vie moins abordable pour les gens au Nouveau-Brunswick.

Andrew Scheer

Les conservateurs fédéraux ont besoin de candidats forts pour éviter le même sort qu’en 2015, selon le politologue à l’Université du Nouveau-Brunswick, Donald Wright.

Ils ne peuvent pas ignorer que la région est un bastion libéral, indique M. Wright. Souvent, ces élections nationales deviennent 338 mini-élections.

La base électorale d’Andrew Scheer se trouve dans l’ouest du pays et le conservateur devra accroître sa visibilité dans les provinces atlantiques.

La visite d’Andrew Scheer fait suite aux arrêts récents de Justin Trudeau et du chef du Parti populaire du Canada, Maxime Bernier. La chef des verts, Elizabeth May, visitera aussi le Nouveau-Brunswick cette semaine.

Nouveau-Brunswick

Politique fédérale