•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après avoir promis la planète rouge, Mars One fait faillite

Des astronautes sur une planète lointaine
Véritable mission scientifique ou arnaque? Mars One n'atteindra jamais son but d'établir une colonie sur la planète rouge. Photo: Getty Images / smartboy10

Mars One, une entreprise néerlandaise qui prévoyait envoyer des humains en aller simple vers Mars et y implanter la première colonie humaine, a déclaré faillite.

Cette annonce de dissolution de Mars One Ventures a été effectuée dans un tribunal suisse le 15 janvier, puis publiée sur l'agrégateur de contenu Reddit la fin de semaine dernière.

Bas Lansdorp, cofondateur et président de l'entreprise, a mentionné lundi par courriel à la chaîne NBC News que Mars One publierait un communiqué de presse plus tard dans la journée.

En 2013, Mars One a commencé à accepter des candidatures en vue d'une mission pour établir une colonie permanente sur Mars. L'entreprise prévoyait faire décoller un total de 24 personnes réunies en groupes de quatre tous les deux ans, et ce, dès 2024. Elle affirmait pouvoir atteindre cet objectif en utilisant des technologies déjà existantes.

Selon des estimations, l'envoi des quatre premiers astronautes en direction de Mars coûterait la modique somme de 8 milliards de dollars, et Mars One pensait pouvoir ramasser l'argent nécessaire en vendant des droits de diffusion et des commandites.

Plus de 200 000 personnes originaires de 100 pays ont postulé, y compris plus de 8000 Canadiens.

L'entreprise a annoncé une première liste de 100 candidats en 2015, qui comprenait les noms de six Canadiens.

Des experts se sont toutefois questionnés sur la faisabilité du plan et ont souligné des failles potentiellement mortelles; des détracteurs ont même carrément évoqué la possibilité que le tout soit une arnaque.

« Le fait est que l'argent n'est simplement pas au rendez-vous, la technologie n'existe pas », a déclaré Elmo Keep, un journaliste qui enquêtait sur l'entreprise, lors d'un passage à l'émission Q de CBC en novembre dernier.

Avec les informations de CBC News

Espace

Science