•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Faute de travail, un professeur d’histoire se lance dans les leçons particulières

Félix Lafrance en train d'enseigner devant un tableau afficheur.

Félix Lafrance a monté lui-même des cours d'histoire semblables à ceux des études collégiales.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Lamothe

Gilles Munger

Le phénomène est plutôt inusité. Un professeur d'histoire au collégial a décidé d'enseigner presque essentiellement à des personnes retraitées. Félix Lafrance avait de moins en moins de contrats au Cégep de Chicoutimi, il s'est donc mis à offrir des cours particuliers il y a deux ans.

Il arrive maintenant à vivre de son métier.

De fil en aiguille, ça a grossi de session en session. Puis ce qui était supposé d'être temporaire et parallèle à mes activités de cégep est devenu mon emploi permanent, raconte Félix Lafrance.

Dans sa classe, l’enseignant compte essentiellement des personnes retraitées.

Il a actuellement cinq groupes, ce qui totalise 170 étudiants.

En fait, c'est pour retenir les grandes lignes, nous faire prendre conscience que ce qu'on vit aujourd'hui, ça ne vient pas d'aujourd'hui, ça vient de loin, explique l’étudiante Marthe Belley.

Félix Lafrance en train de parler devant un groupe d'élèves.

Félix Lafrance a décidé d'enseigner l'histoire à son compte puisqu'il n'arrivait pas à avoir assez d'heures au niveau collégial.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Lamothe

Au-delà des connaissances acquises, les cours deviennent un lieu de rencontre et de stimulation intellectuelle.

Une autre des raisons pourquoi je suis des cours, c'est qu'en vieillissant, on veut garder notre cerveau actif, ajoute Marthe Belley.

Les étudiants ne sont pas évalués. Les cours sont offerts pour le plaisir de chacun. Félix Lafrance pense que les formations comme celle qu'il offre devraient se multiplier, notamment en biologie ou en philosophie.

Saguenay–Lac-St-Jean

Histoire