•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des médecins ont fouillé dans le dossier de patients de la tragédie des Broncos

Des croix et des bâtons de hockey installés dans la neige, avec des fleurs, des drapeaux et des messages.

Le commissaire à l'information et à la vie privée a rendu public un rapport concernant les dossiers médicaux des patients blessés dans la collision du 6 avril 2018.

Photo : Radio-Canada

La Presse canadienne

Selon des rapports du Commissariat à l'information et à la protection de la vie privée de la Saskatchewan, sept professionnels de la santé de la province ont indûment accédé aux dossiers médicaux des personnes blessées dans la tragédie des Broncos de Humboldt.

L'accident, survenu le 6 avril 2018, a fait 16 morts et 13 blessés dans la collision entre l'autocar de l’équipe de hockey junior et un camion semi-remorque.

Le rapport indique que l’agence de santé gouvernementale a commencé à surveiller les profils des patients trois jours après l’accident.

Entre le 9 avril 2018 et le 15 mai 2018, six médecins et un responsable administratif ont effectué des recherches jugées inappropriées, d'après le Commissariat, pour un total de dix dossiers médicaux concernés.

Selon le rapport, c'est eHealth Saskatchewan qui a informé le commissaire à l'information et à la vie privée de la situation.

« Cela a été une tragédie majeure dans notre province, et je suis déçu de voir que des gens se sont laissés tenter », a déploré Ronald Kruzeniski, le commissaire à l'information et à la vie privée. « Maintenant, c’est à moi de travailler avec les autres et de les informer pour apporter des changements. »

Le rapport, publié sur le site web du commissaire, donne quelques exemples de ces cas fautifs.

Une employée d’une clinique a regardé l’état de santé de trois personnes blessées dans la collision. Elle a justifié sa décision en précisant que des membres de sa famille avaient entendu dire que l’un des leurs était décédé et elle voulait vérifier les informations. Selon le rapport, cette employée a souligné qu'elle voulait également vérifier un détail à propos d’une information véhiculée dans les médias.

Le rapport souligne que les accès de cette employée au système de dossiers médicaux ont été suspendus et qu’elle a reçu une formation à ce sujet. Depuis, elle a choisi de remettre sa démission.

Parmi les sept personnes fautives, il y a également un médecin d’une clinique de Humboldt, trois médecins d’un hôpital de Nipawin ainsi que deux médecins résidents.

Dans son rapport, le commissaire à l'information et à la protection de la vie privée a remis des recommandations à eHealth Saskatchewan, notamment celle de procéder à des audits mensuels au cours des trois prochaines années pour s'assurer que les médecins en question utilisent le système de façon appropriée.

Rectificatif : une version intiale du texte mentionnait que huit personnes ont accédé au dossier médial de personnes blessées lors de la tragédie du 6 avril 2018. D'après les rapports publiés sur le site web du Commissariat à l'information et à la protection de la vie privée, il s'agit de sept personnes.

Avec les informations de Colette Derworiz, de La Presse canadienne

Saskatchewan

Informatique