•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Assemblée syndicale annulée : l’ABI et les Métallos négocient

15 travailleurs sont autorisés à être simultanément sur les piquets de grève à l'ABI.

Une assemblée syndicale prévue mardi soir est annulée en raison de la poursuite des négociations entre les deux parties.

Photo : Radio-Canada

Marilyn Marceau

L'assemblée syndicale qui devait avoir lieu mardi soir pour les 1030 travailleurs de l'Aluminerie de Bécancour inc. (ABI) est annulée. Le Syndicat des métallos affirme que la décision a été prise lundi midi parce que les négociations se poursuivent entre les deux parties.

Les discussions ont repris il y a une dizaine de jours. Une rencontre exploratoire a eu lieu le 30 janvier et c’est à la suite de cette rencontre que les deux parties avaient décidé de continuer à discuter.

Le lieu où se tiennent les discussions est tenu secret.

C’est une bonne nouvelle, a déclaré le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois.

Il trouve rassurant de voir que les deux parties ne commentent pas les négociations publiquement. Dans ce temps-là, ça veut dire qu’il se passe quelque chose, dit-il.

Jean-Guy Dubois espère que la prochaine fois que les syndiqués seront convoqués, ce sera pour voter sur une entente.

[La fin du conflit], je l’espérais comme cadeau de Noël, maintenant, je l’espère comme cadeau de Pâques.

Jean-Guy Dubois, maire de Bécancour

La nouvelle de l’annulation de l’assemblée syndicale survient quelques jours après qu'Alcoa eut affiché cinq offres d'emploi sur son site Internet pour l'usine de Bécancour.

Pour écouter l'entrevue du maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois, à Facteur matinal, cliquez ici.

Un long conflit de travail

Le conflit de travail à l'ABI dure depuis maintenant 13 mois.

La direction a déclenché un lock-out dans la nuit du 10 au 11 janvier 2018, quelques heures après que les syndiqués eurent rejeté les dernières offres patronales à 80 %.

Depuis le mois de janvier, Alcoa et le Syndicat des métallos disposent de l'aide d’experts du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale.

Le ministre Jean Boulet a mis à leur disposition trois personnes spécialisées dans les domaines de l’économie, de la sociologie, du droit et des relations de travail.

Les points en litige portent sur le financement du régime de retraite et le respect de l'ancienneté dans les mouvements de main-d'oeuvre, selon le Syndicat.

Le ministre et député de Trois-Rivières, Jean Boulet, a aussi déclaré que les discussions portaient sur la flexibilité opérationnelle, la productivité au travail, le climat dans les relations de travail, la stabilité des emplois et la pérennité de l’usine.

Mauricie et Centre du Québec

Relations de travail