•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accusé de meurtre à Desmaraisville, Stéphane Morin demeure détenu

Gros plan sur des gyrophares activés, alors que de la neige tombe.
Des gyrophares d'auto-patrouille par un soir d'hiver. Photo: Radio-Canada / Daniel Coulombe
Piel Côté

Stéphane Morin, accusé de meurtre prémédité, n'a pas obtenu sa remise en liberté lundi matin à Rouyn-Noranda. C'est ce qu'a décidé le juge Richard Grenier de la Cour Supérieure du Québec.

Stéphane Morin, incarcéré depuis son arrestation en septembre, n'a pas réussi à convaincre le juge Richard Grenier de lui accorder sa liberté pour la durée des procédures judiciaires.

Lorsqu'un individu est accusé d'un crime, il bénéficie de sa liberté. La Couronne doit prouver que l'accusé est un danger pour le public si elle veut le garder détenu.

Dans le cas des accusations de meurtre, c'est plutôt l'inverse. Il est automatiquement détenu et c'est à lui de prouver qu'il mérite sa remise en liberté.

Ce que l'avocat de Stéphane Morin, Me Pierre Grygiel, n'a pas réussi à faire lors de l'audience de lundi matin, qui est frappée d'un interdit de publication.

La suite des procédures aura lieu le 19 février à Senneterre.

Stéphane Morin, âgé de 55 ans, a été accusé du meurtre prémédité de Serge Paré.

Son corps avait été retrouvé dans une résidence de Desmaraisville, sur le territoire de la Baie-James, le 11 septembre dernier.

Abitibi–Témiscamingue

Procès et poursuites