•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En retard et serrés comme des sardines... Des conseillers municipaux ont expérimenté les transports à Ottawa

Un autobus à Ottawa, de nuit.
Un autobus de la ligne 95 quitte l'arrêt aux rues Bank et Albert dans le centre-ville d'Ottawa le 31 octobre 2018. (Archives) Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Des conseillers municipaux ont relevé (en partie) le défi de prendre les transports en commun à Ottawa pendant une semaine. Coincés dans des autobus bondés, en retard pour des réunions ou encore bloqués dans la circulation, ils ont fait part de leur frustration sur les réseaux sociaux pendant le transit challenge.

L'objectif de ce défi mis en place par le groupe Free Transit Ottawa était d'inciter les conseillers à faire part de leur expérience, bonne ou mauvaise, dans les transports de la ville, et ce du lundi 4 au dimanche 10 février.

La conseillère Catherine McKenney a tweeté le 4 février que son déplacement en bus s'était bien passé. Le bus était bondé, mais il est arrivé à l'heure, poursuit la représentante du quartier Somerset, alors qu'elle venait de prendre la ligne 11.

Deux jours plus tard, elle a pris la ligne 85. Toujours sur le même trajet, le lendemain, elle n'a pas pu prendre l'autobus parce qu'il n'est pas passé.

Je reçois beaucoup de plaintes à propos de cette ligne. J'ai dû payer ma course pour aller faire une entrevue en direct. Heureusement, j'avais les moyens de le faire et je n'aurais manqué qu'une entrevue, mais que se passerait-il si j'allais être en retard au travail ou pour aller chercher les enfants à la garderie?, s'interroge-t-elle.

Le vice-président de la Commission du transport en commun de la Ville d'Ottawa a lui aussi relevé le défi. Jean Cloutier a essayé plusieurs circuits au cours de la semaine et a été satisfait du service en général. Il a constaté à quel point l'utilisation du téléphone cellulaire aide les usagers d'OC Transpo à naviguer les horaires lorsqu'il y a des retards.

J'ai manqué une correspondance de quatre minutes. Il a fallu que j'attende 25 minutes samedi après-midi. L'autobus n'était pas en retard, c'était le train de la ligne Trilium. C'est sûr que c'est frustrant d'attendre 25 minutes, explique le conseiller d'Alta-Vista.

De son côté, Mathieu Fleury a constaté des problèmes avec des lecteurs optiques qui ne fonctionnent pas, ce qui empêche les utilisateurs de payer pour leur trajet, ainsi que des autobus remplis à pleine capacité, ce qui entraîne de longues lignes d'attente aux abribus.

On est une communauté [le quartier Vanier] où il y a de plus en plus d'usagers et on ne voit pas les adaptations au service. Évidemment, le train léger va pouvoir offrir certaines options, mais ce n'est pas une alternative au trajet 12, qui continue à nous poser beaucoup d'inquiétudes, explique le conseilleur de Rideau-Vanier.

Pour sa part, Shawn Menard espère que cette initiative poussera ses collègues à prendre davantage les transports en commun. Nous prenons des mesures pour inverser la tendance de l'achalandage. Depuis 2011, 8 millions de déplacements ont été perdus, ajoute le conseiller du quartier Capitale dans un tweet, assurant qu'il souhaite une réduction des tarifs et appuie les conclusions du groupe Free Transit Ottawa.

Environ une heure pour faire les courses sur le chemin du retour. Le même voyage en voiture aurait été de 30 minutes ou moins

Glen Gower, conseiller municipal - Quartier 6 Stittsville

Selon Jenna Sudds, qui fait la navette de Kanata Nord au centre-ville d'Ottawa, nous devons et pouvons mieux faire en matière de transports.

Ceux qui ont participé au défi :

Allan Hubley, Mathieu Fleury, Stephen Blais, Matt Luloff, Laura Dudasm Glen Gower, Theresa Kavanagh, Keith Egli, Catherine McKenney, Jeff Leiper, Shawn Menard, Carole Anne Meehan, Jean Cloutier, Jenna Sudds, Tim Tierney, Diane Deans et Riley Brockington

Ceux qui n'y ont pas participé :

Le maire d'Ottawa Jim Watson ainsi que les conseillers municipaux Jan Harder, Scott Moffatt et George Darouze ont refusé de relever ce défi. Les autres conseillers n'ont pas répondu à l'invitation.

Les conclusions du défi

L'objectif était de revendiquer un meilleur service de transport en commun. Il y a certains quartiers dans la ville où c'est très difficile d'[en] dépendre, explique Anne-Marie Roy, de Free Transit Ottawa.

Le groupe recommande de geler les prix du transport pour les usagers. Ottawa est la ville où les tarifs sont les plus chers au Canada, avance le groupe.

Il souhaite également la mise en place d'un projet pilote pour inciter les Ottaviens de moins de 25 ans à prendre le transport en commun et d'un groupe de travail sur l'achalandage.

Plus de détails à venir

Ottawa-Gatineau

Politique municipale