•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le projet Maestria modifié, l'une de ses tours comptera 58 étages

Une maquette du projet.
Les tours de Maestria domineront le Quartier des spectacles. Photo: Lemay
Jérôme Labbé

Maestria, le plus haut projet résidentiel de Montréal, n'est plus tout à fait le même que lorsqu'il a été dévoilé il y a trois mois. Le nombre d'étages, notamment, a été révisé à la hausse. L'une des tours en comptera 58 – un sommet dans la métropole.

Des documents rendus publics en vue de la prochaine séance du conseil d'arrondissement de Ville-Marie, mardi soir, montrent que la hauteur des deux tours a changé depuis la présentation du projet, en novembre dernier.

La tour A, qui donne sur la rue Sainte-Catherine Ouest, est passée de 194 mètres à 185 mètres – une baisse de 9 mètres –, tandis que la tour B, qui sera construite le long de la rue De Bleury, a grandi de 25 mètres, passant de 173 mètres à 198 mètres.

Le nombre d'étages a aussi été revu à la hausse. Alors qu'on parlait en novembre de deux tours de 53 et 51 étages, on évoque maintenant des tours de 58 et 55 étages.

Peu de gratte-ciel dépassent actuellement les 200 mètres à Montréal. Le record est détenu par le 1000 de La Gauchetière et ses 51 étages de bureaux, qui mesurent 205 mètres. Le constructeur Broccolini entend toutefois construire pour 2022 une tour de 56 étages baptisée « Victoria sur le parc », qui sera érigée au 700 rue Saint-Jacques, en lieu et place d'un stationnement situé près du square Victoria.

Ces modifications ont été apportées entre autres parce que les promoteurs ont abandonné l'idée d'intégrer un hôtel dans leur projet, ce qui a permis de diminuer la hauteur de certains plafonds et d'augmenter le nombre d'étages, explique l'urbaniste Brian Fahey.

« Il y a un autre hôtel qui est en train de se planifier pas loin, dans le secteur, et la demande pour le locatif était plus grande », a-t-il mentionné en entrevue à Radio-Canada, lundi.

L'abandon du projet d'hôtel a donc eu pour résultat d'augmenter de presque 15 % le nombre d'unités d'habitation prévu, qui passe de 1432 à 1636.

Toutefois, sur ces 204 nouvelles unités d'habitation, seulement 80 seront mises en location, pour un total de 700 appartements locatifs contre 936 condominiums.

Une « version améliorée » du projet

Outre l'abandon du projet d'hôtel, les modifications qui ont été apportées ces trois derniers mois découlent aussi des recommandations du comité consultatif d'urbanisme (CCU) de l'arrondissement Ville-Marie, qui s'est penché deux fois sur le projet, en décembre et en janvier.

Deux avis favorables au projet ont été produits depuis. Le sommaire décisionnel soumis aux élus de l'arrondissement précise même que « la proposition [...] présente plusieurs avantages par rapport à la version actuellement autorisée », soit l'ancien projet de tours de bureaux de Canderel, et qu'elle ne nécessite aucune dérogation supplémentaire. Il souligne en outre que le projet respecte la réglementation selon laquelle aucun gratte-ciel ne peut dépasser la hauteur du mont Royal.

« Qui plus est, malgré l'importance des volumes en surhauteur, les critères généraux d'ensoleillement sont respectés et l'impact sur la place des Festivals est concentré le matin », écrit-on.

Une maquette du projet.Le projet Maestria prévoit l'aménagement d'une placette semi-publique, qui serait accessible pendant les heures d'ouverture des commerces. Photo : Lemay

Deux recommandations du CCU sont toutefois demeurées lettre morte. Du moins, pour l'instant.

La première concerne l'intégration de logements sociaux. Les promoteurs disent attendre l'annonce de la règlementation « 20/20/20 » promise par Projet Montréal en campagne électorale, qui obligerait les grands projets à inclure 20 % de logements sociaux, 20 % de logements abordables et 20 % de logements de trois chambres et plus. Cette règlementation devrait être annoncée en 2019, affirme l'administration Plante.

L'autre suggestion se rapporte aux 677 places de stationnement prévues en sous-sol. Le CCU aimerait qu'une partie de l'espace puisse plutôt être utilisée par le Partenariat du Quartier des spectacles pour y entreposer de l'équipement pour ses événements. Des discussions à ce sujet ont été entamées, ont fait savoir les promoteurs vendredi.

Aux citoyens de s'exprimer

C'est donc mardi soir que le conseil d'arrondissement de Ville-Marie aura pour la première fois l'occasion de se pencher sur le projet Maestria.

Même s'il ne s'agira que d'une formalité – l'adoption d'une résolution modifiant une autre résolution adoptée en vertu du Règlement sur les projets particuliers de construction, de modification ou d'occupation d'un immeuble (PPCMOI, dans le jargon) –, le projet sera malgré tout soumis à une consultation publique en arrondissement. Un exercice qui, habituellement, n'attire pas les foules.

Dans tous les cas, les promoteurs devront revenir devant le CCU et soumettre à ses membres les plans et devis nécessaires à une dernière révision architecturale. Ce n'est qu'après avoir franchi cette étape que les permis de construction pourront être délivrés. Entre-temps, les promoteurs devront réaliser d'autres études, notamment sur l'impact sonore et l'impact éolien de leur projet.

Aucun changement de zonage ne sera nécessaire. « C'est un projet qui est de plein droit », rappelle Sophie Mauzerolle, conseillère du district de Sainte-Marie et présidente du CCU de Ville-Marie.

Cela dit, « c'est quand même un certain privilège de venir s'installer dans le Quartier des spectacles », souligne-t-elle. En ce sens, le CCU « est un bon moment pour passer des messages », ajoute l'élue.

« Je pense que les promoteurs ont bien entendu les orientations de notre administration et notre préoccupation par rapport au fait qu'on veut préserver la mixité au centre-ville, qu'on veut s'assurer qu'il y ait des familles qui restent sur l'île de Montréal, donc on travaille dans ce sens-là, et je pense que les promoteurs l'ont bien entendu », a-t-elle affirmé.

Le projet Maestria est promu par la firme Devimco, la société d'investissement Fiera Immobilier et le Fonds immobilier de solidarité FTQ. Ceux-ci souhaitent commencer la construction des deux tours sur le site de l'ancien Spectrum d'ici la fin de 2019.

Grand Montréal

Urbanisme