•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Record de touristes à Québec en 2018, prévisions optimistes en 2019

Des touristes dans le Petit-Champlain

Des touristes dans le Petit-Champlain

Photo : Radio-Canada / Gabrielle Thibault-Delorme

Alain Rochefort

Jamais Québec n'a reçu autant de touristes qu'en 2018, selon les données dévoilées par l'Office du tourisme de Québec. Ce record pourrait toutefois ne pas tenir très longtemps puisque les prévisions sont optimistes pour cette année.



Plusieurs lieux d’hébergement de la capitale ont fait des affaires d’or en 2018. Il s’est loué 2 825 000 unités l’année dernière, soit 60 000 chambres de plus qu’en 2017. Une augmentation de 2,1 % par rapport au précédent record établi un an plus tôt.

C’est également 150 000 chambres louées de plus qu’en 2008, pourtant l’année du 400e anniversaire de Québec.

L’indice global d’achalandage a pour sa part augmenté de 0,9 % par rapport à 2017. Il s’agit de la cinquième année de suite où Québec enregistre une croissance.

Cette heureuse séquence pourrait bien se poursuivre en 2019 et ce, pour plusieurs facteurs économiques, selon Éric Bilodeau, porte-parole de l'Office du tourisme de Québec.

« D'abord, le Canada et le Québec, nous sommes vus comme un pays sécuritaire. Les Américains viennent beaucoup nous voir parce que, pour eux, il y a une économie au niveau du taux de change ».

Les touristes asiatiques

De plus en plus d'Asiatiques débarquent pour leur part à Montréal, ce qui a des implications pour...Québec.

Les vols directs vers la Chine et le Japon, au départ de Montréal, ça commence à paraître dans les rues de Québec.

Éric Bilodeau, porte-parole de l'Office du tourisme de Québec

D'ailleurs, ce sont les touristes en provenance des pays autres que les États-Unis qui ont été largement plus nombreux à nous rendre visite en 2018, avec une augmentation de 4,3 % par rapport à 2017.

Les Américains ont tout de même été plus nombreux, eux aussi. Une hausse de 1,4 %.

Le navire Disney Magic au port de Québec le 26 septembre

Le navire Disney Magic au port de Québec le 26 septembre

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

Saison des croisières exceptionnelle

Les chiffres exceptionnels de la saison des croisières ont contribué à l'important flux touristique l'année dernière.

Pas moins de 230 940 visiteurs, dont 165 000 croisiéristes et près de 65 000 membres d'équipage, ont débarqué au port de Québec.

Une augmentation de 14,3 % par rapport à 2017.

Les congrès à la mode

Tenir un congrès à Québec est aussi plus populaire que jamais. Le tourisme d’affaires a notamment augmenté de 5,8 %.

« Encore cette année, les touristes ont été nombreux à privilégier notre destination pour y tenir leurs vacances, leurs événements d’affaires ou tout simplement pour y passer quelques jours », se réjouit le directeur de l’Office du tourisme de Québec, M. André Roy.

« Nous avons le privilège d’avoir accès à des sites naturels exceptionnels, des événements uniques et rassembleurs ainsi que de pouvoir compter sur des membres passionnés. »

Québec a également été à la mode pour les touristes désireux d’y passer Noël ou pour y « défoncer l'année 2019 ».

Dans l’ensemble, les taux d’occupation quotidiens observés pour les deux semaines du temps des fêtes ont été supérieurs de 5,7 % par rapport à l’année 2017.

Fermetures d'hôtels

D'ailleurs, pour 2019-2020, les fermetures du Clarendon, au coeur du Vieux-Québec, en raison d'un incendie et du Hilton pour des travaux de rénovation pourraient avoir un impact sur le tourisme à Québec.

Éric Bilodeau, porte-parole de l'Office du tourisme de Québec, s'attend toutefois à un déplacement de la clientèle plutôt qu'à une baisse de l'achalandage.

« Effectivement, ça pourrait créer certains problèmes. Nous en sommes conscients, mais ça ne devrait pas nous faire perdre [de la clientèle]. C'est juste qu'on pourrait voir un déplacement à certaines dates du centre-ville vers la banlieue », explique M. Beaulieu.

Tourisme

Économie