•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Séléna Koster : un nom à retenir dans le patinage artistique

Séléna Koster : un nom à retenir
Kim Vallière

À dix ans, elle rivalise déjà avec des athlètes de treize et quatorze ans. La fin de semaine dernière, elle a réussi un premier triple saut en compétition. Son entraîneur le suggère sans retenue : retenez le nom de Séléna Koster, une patineuse artistique de Gatineau qui se démarque déjà sur la scène provinciale.

Chaque jour, quand nous la voyons à l’entraînement, que nous la voyons essayer un nouveau saut, nous sommes ébahis par ce qu’elle peut faire, mentionne Justin Bell, qui s’occupe du développement de la jeune fille en compagnie de sa femme Chantal.

Ils l’ont pris sous leur aile dès qu’elle a commencé les leçons de patinage artistique à l’âge de quatre ans. Déjà, ils voyaient en elle un talent hors du commun.

Je travaille vraiment fort aux pratiques et je fais de mon mieux, explique simplement Séléna Koster, lorsque questionnée sur ce qui lui permet de se distinguer.

Elle est bonne en tout. Elle a une bonne glisse, une bonne base et c’est une petite sauteuse, elle n’a pas peur des sauts [...] C’est une petite fille tellement motivée.

Chantal Bell, entraîneuse de Séléna Koster

Le nom de Koster était déjà sur toutes les lèvres lors des qualifications régionales en Outaouais pour les Jeux du Québec à la fin janvier. Elle a terminé au premier rang, dans la catégorie juvénile des moins de 14 ans.

Le hic, c’est qu’elle ne pourra pas représenter sa région natale à la finale provinciale des Jeux du Québec en mars, puisque l’âge minimum a été fixé à 12 ans.

Ça ne me dérange pas, ça m’a laissé la chance d’essayer deux doubles axels, lance-t-elle avec le sourire de celle qui a encore du temps devant elle pour s’illustrer à des compétitions d’envergure.

Un jeune fille devant une patinoire où gens font du patinage artistiqueSéléna Koster en entrevue avant un entraînement de patinage artistique Photo : Radio-Canada / Kim Vallière

Triple saut… À 10 ans

Aux Championnats « B » de la section Québec, le 3 février à Sherbrooke, elle a terminé 12e parmi 150 compétitrices dans la catégorie des moins de 14 ans.

Elle était la plus jeune participante en lice et la seule à tenter un triple saut. Je l’ai atterri et c’était un de mes objectifs, dit fièrement celle qui répète la figure à l’entraînement depuis maintenant deux ans.

Ce n’est pas normal [de réussir un triple saut à 10 ans]. C’est un petit peu comme les Russes, elle est pas mal sur la même base qu’eux, explique Chantal Bell.

Elle et son mari ont été épaulés par des entraîneurs originaires de la Russie pendant leur carrière de danseurs sur glace, qui les a menés aux Championnats du monde de patinage artistique.

Ils s’inspirent des techniques d’entraînement du pays soviétique qui ont produit de nombreux champions.

Nous voulons continuer de travailler les triples sauts. Elle est capable de les faire. Nous voulons l’amener à un niveau supérieur dans sa catégorie d’âge et même au-dessus, poursuit Justin Bell.

Il croit que le dévouement de Koster à l’entraînement et son éthique de travail pourront la mener aussi loin qu’elle le désire.

Mon objectif, c’est de me rendre aux Championnats du monde, mentionne la principale intéressée, qui aimerait aussi participer aux Jeux olympiques comme son idole Joannie Rochette.

Elle est médecin et un de mes rêves, c’est de devenir médecin, conclut Séléna Koster, avec le même sourire que celui qui se dessine sur son visage lorsqu’elle réussit un saut à la perfection.

Ottawa-Gatineau

Patinage artistique