•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Veillée à la chandelle à la mémoire des victimes de Bruce McArthur

Des gens allument des chandelles.

Les participants allument des bougies alors qu'ils se rassemblent lors d'une veillée pour commémorer les victimes de Bruce McArthur dans une église de Toronto le 10 février 2019.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Radio-Canada

Une veillée à la chandelle en hommage aux victimes du tueur en série Bruce McArthur a eu lieu dimanche soir à Toronto. L'homme a été condamné vendredi à la prison à vie sans possibilité de libération avant 25 ans. Il a tué huit hommes de la communauté LGTBQ de Toronto.

L’église Metropolitan Community, dans le quartier Riverdale de Toronto, a été l'hôte de l'événement. Plus de 200 personnes s'y sont présentées.

Dans son discours en ouverture de la veillée, le révérend Jeff Rock, pasteur principal de l’église, a déclaré : « La transphobie, l'homophobie, la misogynie, la xénophobie n'ont pas leur place dans notre société ».

Neuf bougies ont été allumées en début de cérémonie à la mémoire des huit hommes qui ont été tués par McArthur et une pour leurs amis, leurs familles et les communautés touchées.

Je pense que la veillée de ce soir marquera vraiment le début du processus de guérison, a ajouté M. Rock en entrevue avant l'événement.

Des sketches de 8 personnes, côte-à-côte

Les victimes de Bruce McArthur. De gauche à droite, haut en bas : Skandaraj Navaratnam, Andrew Kinsman, Selim Esen et Abdulbasir Faizi; Kirushna Kumar Kanagaratnam, Dean Lisowick, Soroush Mahmudi et Majeed Kayhan

Photo : Radio-Canada / John Fraser/CBC News

Les communautés autochtone, hindoue et musulmane ont participé à la veillée. Nous savons que le meurtrier visait les gens originaires de l'Asie du Sud et du Moyen-Orient, et ça nous brise le cœur, a souligné M. Rock.

Celui-ci a ajouté que la communauté torontoise devait en faire plus pour lutter contre le racisme et pour faire en sorte que les personnes LGTBQ soient acceptées dans toutes les communautés. Ce crime est un rappel que [ces communautés] ne sont pas autant en sécurité qu’on voudrait le croire.

Nous voulons nous rassembler – des personnes de confessions différentes, de toutes les races et origines, de genre et d’identité de genre différents, d’orientation sexuelle différente – pour nous engager tous ensemble à rendre notre ville plus sécuritaire, plus ouverte et honnête, a expliqué le révérend.

La propriétaire de la maison qui a servi à cacher les cadavres des victimes de McArthur, Karen Fraser, était elle aussi présente.

Le portrait d'une femme dans une église

Karen Fraser, la propriétaire de la maison de Mallory Crescent

Photo : Radio-Canada / Rozenn Nicolle

« Ce n'est pas terminé, mais le premier chapitre, lui, l'est. (...) [Cette cérémonie] fait partie du processus de deuil parce que ce sont eux, les gens présents, les familles des victimes qui ont dû vivre ce drame », a expliqué Mme Fraser. En entrevue, elle a également tenu à souligner que les policiers ont toujours été très courtois. « Nous avons des poissons, des chats et énormément de plantes. On a dû quitter notre maison pendant plusieurs jours pour les laisser faire leur travail. Ils ont tenu notre maison en ordre », a-t-elle expliqué.

Le maire de Toronto, John Tory, était lui aussi présent.

Revoyez l'émission spéciale :

Les dons recueillis lors de la cérémonie seront versés à l'Alliance pour la prévention du sida pour les gens originaires d’Asie du Sud.

Avec les informations de CBC News

Crimes et délits

Justice et faits divers