•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sur les traces des grottes glacées du lac Supérieur

Un monticule de neige.
Les premières grottes sont apparues il y a quelques jours à 70 kilomètres au nord de Sault-Sainte-Marie. Photo: Radio-Canada / Justine Cohendet
Justine Cohendet

Sculptées par les vagues du lac Supérieur, le vent et le froid, les premières cavernes glacées de la région de Sault-Sainte-Marie émergent. Leur taille devrait continuer de croître jusqu'en mars, mais les premiers amateurs partent déjà à leur recherche.

Difficile de savoir où elles se trouvent exactement. Inconnues de plusieurs résidents il y a encore un mois, les grottes glacées attirent de plus en plus de curieux, surtout depuis que le New York Times les a classées au 10e rang des endroits à visiter en 2019.

J’étais surprise d’apprendre ça, même si bien sûr, pour moi, cet endroit est le plus beau au monde, raconte Ellen VanLaar, une artiste qui vit à quelques kilomètres de Pancake Bay et qui observe ces créations de la nature depuis de nombreuses années.

La photo d'une femme.Ellen VanLaar propose aux touristes de stationner leur véhicule devant chez elle. En échange de 20 $, elle donne des conseils à ceux qui souhaitent explorer les cavernes glacées. Photo : Radio-Canada / Justine Cohendet

Depuis les fenêtres de son salon, on peut voir les premières cavernes de glace se former.

Avec le vent que nous avons eu hier, le paysage s’est transformé. J’ai hâte de sortir de chez moi et de voir le travail que l’eau a fait, s’exclame-t-elle.

Les grottes se forment à la force des vagues qui viennent frapper les monticules de glaces agglutinées le long des rivages.

Mais le spectacle est différent chaque année. Il pourrait aussi s’arrêter avec le réchauffement climatique.

Parfois, le lac n’est même pas gelé. Ça dépend aussi du vent et de l’épaisseur de la glace, explique Mme VanLaar.

Un homme dans la neige.Dan Grisdale est un amoureux de la nature. Il peut passer des heures à longer et photographier les abords du lac Supérieur avec sa femme Photo : Radio-Canada / Justine Cohendet

Dan Grisdale et sa femme, Cassi Fournier, partent plusieurs fois par mois explorer les rivages du lac Supérieur.

Nous marchons jusqu’à tant que nous en trouvions une, racontent ces deux résidents du Sault.

Dan et Cassi aiment la « chasse » aux grottes, avant tout.

Amoureux des rivages, Dan Grisdale a découvert sa première caverne il y a trois ans, alors qu’ils se promenaient avec une amie.

De la glace et de l'eau.Les grottes glacées se forment généralement durant le mois de février sur les rivages du lac Supérieur. Photo : Radio-Canada / Justine Cohendet

Mais la recherche de cavernes de glace comporte des risques.

En février, au moment de leur formation, la glace peut être mince par endroit.

Il faut toujours marcher avec quelqu’un, mais ne pas être trop près l’un de l’autre, conseille Dan Grisdale avant d’ajouter : Il faut aussi avoir conscience que vous marchez sur un sol qui n’est peut-être pas solide.

Conditions météorologiques

Environnement