•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La confection de collerettes, une tradition métisse

Le reportage de Gavin Boutroy et Thomas Asselin
Gavin Boutroy

L'Union nationale métisse Saint-Joseph du Manitoba (UNMSJM) a tenu samedi un atelier de fabrication de collerettes en cuir de chevreuil. C'était l'occasion pour plusieurs générations de Métis de renouer avec leur culture, tout en préparant leurs tenues pour danser au Festival du Voyageur.

« Au niveau culturel, ça vient du côté autochtone de notre héritage », explique la présidente de l’Union nationale métisse, Paulette Duguay.

Une collerette métisse traditionnelle est un assemblage de morceaux de cuir de chevreuil avec des franges.

« C’est pratique parce que c’est léger, ça garde un peu de chaleur, mais ce n’est pas encombrant », poursuit-elle. « Alors, les femmes pouvaient travailler aisément en portant ça, tout en étant protégées contre les moustiques ou les petites bestioles. »

Nuna Mauro sourit. Nuna Mauro explique qu'elle voulait apprendre à fabriquer une collerette, car c'est une importante tradition métisse. Elle va porter la sienne pour danser au Festival du Voyageur. Photo : Radio-Canada

Un premier atelier avait également été offert en janvier, au Chalet Louis Riel, à Saint-Vital, et l'activité ne cesse de gagner en popularité, selon Mme Duguay.

Une pile de boutons à formes irrégulières.Des « boutons » fabriqués avec des bois de chevreuil et servant à décorer des collerettes. Photo : Radio-Canada / Gavin Boutroy

« C’est une bonne façon de préserver les traditions et de transmettre ça aux jeunes. Nos ateliers visent plutôt les jeunes [filles], parce qu’elles réclament d’en savoir plus sur leur culture, de s’identifier un peu plus avec leur culture métisse », ajoute-t-elle.

La députée de Saint-Vital, Colleen Mayer, était présente, mais elle n’a toutefois pas pu fabriquer une collerette en en raison de la liste d’attente.

Deux femmes portant des collerettes. Paulette Duguay (à gauche) et la députée Colleen Mayer (à droite) Photo : Radio-Canada / Gavin Boutroy

« Je suis métisse et cela fait partie de mon parcours d’apprendre d’où je viens. Depuis que je connais l’Union, j’apprends un tas de choses sur mon patrimoine », dit-elle.

Elle affirme qu’elle demandera aux membres de sa famille qui chassent de faire don de leurs peaux de chevreuil à l’Union nationale pour l’année prochaine.

Manitoba

Autochtones