•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mises à pied à La Presse canadienne en Atlantique

Une personne sort des bureaux de La Presse canadienne à Toronto.
La Presse canadienne annonce de nouvelles mises à pied. Photo: La Presse canadienne / Graeme Roy
Radio-Canada

Évoquant la baisse des revenus publicitaires des médias, La Presse canadienne élimine six postes. Les coupures toucheront particulièrement ses opérations en Atlantique.

Quatre employés des bureaux de La Presse canadienne (PC) à Halifax en Nouvelle-Écosse ont appris vendredi qu’ils allaient être mis à pied à la fin mars.

Malheureusement, de récentes baisses de revenus d’abonnement, particulièrement au Canada Atlantique, signifient que la compagnie doit prendre des mesures immédiates pour adapter ses opérations et sa structure des coûts, a indiqué dans un message aux employés le président de La Presse canadienne, Malcolm Kirk.

L’agence a lancé un programme de départ volontaire en Atlantique. Cela signifie que si certains employés choisissaient volontairement de quitter la compagnie, les emplois de certains salariés pourraient être épargnés.

Malcolm Kirk évoque une perturbation considérable des modèles d’affaires traditionnels qui entraîne une baisse des revenus publicitaires des médias qui paient pour un abonnement aux services de l’agence.

Selon la Guilde canadienne des médias, les coupes touchent les reporters-rédacteurs à Halifax et à Toronto, ainsi que le personnel administratif à Vancouver.

Réduction de 15 % des effectifs

La Guilde canadienne des médias (GCM), un syndicat qui représente des journalistes à La Presse canadienne, indique qu’il s’agit de la quatrième ronde de mises à pied à la PC depuis le printemps dernier. Le syndicat dit avoir subi une réduction de 15 % depuis l’an dernier.

Nous avons dit à la compagnie que nous ne sommes pas en mesure de continuer à livrer nos services au même rythme qu’avant les compressions, écrit la Guilde dans un communiqué.

La Guilde canadienne des médias représente de nombreux journalistes au pays, dont certains employés de Radio-Canada / CBC.

En début d’année, Le Devoir rapportait (Nouvelle fenêtre) que La Presse canadienne ne produirait plus de bulletins de nouvelles radio en français à compter du 28 février, et abolirait quatre postes à Montréal.

The Canadian Press existe depuis 1917. Le service en français de La Presse canadienne est apparu en 1951. L’agence de presse a abandonné sa structure de coopérative pour devenir une entreprise à but lucratif en 2010. Les anciens membres de la coopérative sont devenus les clients de La Presse canadienne.

Radio-Canada est l’un des clients de La Presse canadienne.

Avec les informations de CBC

Médias

Économie