•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'installation d'Amazon à New York serait-elle compromise?

Un bout d'emballage en carton avec un grand logo d'Amazon imprimé dessus

Le géant du commerce en ligne Amazon planifie d'implanter un nouveau siège social à New York.

Photo : Reuters

Agence France-Presse

Les critiques d'élus new-yorkais pourraient-elles pousser Amazon à renoncer à implanter son nouveau siège social dans la capitale financière américaine? C'est ce qu'affirmait vendredi le Washington Post, ravivant la polémique entre les partisans et les détracteurs de ce mégaprojet.

Selon des sources anonymes citées par le quotidien appartenant au patron d'Amazon, Jeff Bezos, « des responsables d'Amazon ont récemment eu des débats à l'interne pour refaire le point sur la situation à New York et étudier des solutions alternatives ».

Après avoir mis en concurrence pendant des mois une vingtaine de villes américaines, le géant du commerce en ligne établi à Seattle avait annoncé à la mi-novembre qu'il souhaitait installer un nouveau siège à New York, destiné à terme à accueillir 25 000 employés, et un autre siège de taille équivalente dans la banlieue de Washington, à Crystal City, en Virginie.

Les réserves de certains élus

Mais si les autorités de la Virginie ont immédiatement voté un paquet de mesures d'aides financières en soutien au projet, le feu vert définitif de New York n'est pas attendu avant plusieurs mois.

Et le projet d'implantation du nouveau quartier général d'Amazon dans le quartier de Long Island City, dans Queens, juste en face de Manhattan, a fait l'objet de vives critiques d'élus locaux ces dernières semaines, notamment lors de deux séances spéciales du conseil municipal.

Les élus, tous démocrates, dénoncent les conséquences de l'arrivée d'Amazon sur les prix du logement, l'opposition de la direction du groupe aux syndicats et les avantages fiscaux évalués à 3 milliards de dollars qu'a obtenus le mastodonte pour s'implanter à New York.

Les rumeurs quant à un possible blocage ont grossi cette semaine avec la désignation de Michael Gianaris, un élu de Queens très critique au sujet des avantages fiscaux promis à Amazon. En tant que membre d'un obscur trio chargé de « contrôler les autorités publiques » au sénat de l'État de New York, il a le pouvoir de bloquer le projet.

Amazon continue d'avancer

Officiellement, le projet avance. Amazon a répété vendredi, dans un communiqué, qu'elle préparait son implantation à New York et qu'elle avait commencé à mettre sur pied des programmes de formation, en plus d'élaborer des cours d'informatique pour les étudiants new-yorkais.

« Nous travaillons dur pour montrer le genre de voisins que nous serons », a ajouté le groupe, sans démentir cependant qu'il pourrait encore changer d'avis.

Cependant, les informations du Washington Post ravivent une polémique qui enfle depuis la mi-novembre.

Le manque de transparence dénoncé

Au-delà des critiques portant sur les avantages fiscaux, c'est la manière opaque dont l'arrivée d'Amazon a été négociée par le gouverneur et le maire de New York, sans concertation avec les autres élus municipaux, qui nourrit la rébellion.

La jeune vedette démocrate du Congrès Alexandria Ocasio-Cortez s'est ainsi réjouie vendredi d'entendre qu'Amazon pourrait réexaminer ses plans. « Quand il n'y a pas de consultation avec les résidents, il faut absolument réexaminer les accords et le processus », a indiqué la parlementaire, élue de New York, sur CNN.

Amazon critiquée pour son « arrogance »

Et le syndicat qui représente les travailleurs du secteur du commerce de détail et de gros a d'avance estimé que, si le projet tombait à l'eau, « Amazon n'aurait qu'à s'en prendre à elle-même ».

« Ils continuent de refuser avec arrogance de rencontrer les acteurs clés du projet et de répondre à leurs inquiétudes », a déclaré son président, Stuart Appelbaum. « Si Amazon ne respecte pas les travailleurs et les quartiers, elle ne sera jamais la bienvenue à New York. »

« Nous avons besoin d'Amazon »

Mais le gouverneur Andrew Cuomo, principal artisan de l'accord, a de son côté tiré à boulets rouges sur les détracteurs du projet, les accusant de jouer « dangereusement » avec le feu.

« Nous avons besoin d'Amazon », a-t-il déclaré vendredi après la publication des informations du Washington Post. « Je n'ai jamais vu une situation aussi absurde où la bassesse politique l'emportait sur un projet de développement économique solide », a-t-il ajouté.

Un sondage de l'Université Quinnipiac, réalisé au début du mois de décembre, a montré que 57 % des résidents new-yorkais étaient favorables à l'implantation d'Amazon, tandis que 26 % étaient contre.

Économie

International