•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Apple fait le ménage dans les applications mobiles « espionnes »

L'icône de l'Apple Store, un petit sac avec le logo à la pomme, s'affiche sur un écran.
Apple souhaite protéger les données personnelles des utilisateurs d'applications mobiles. Photo: Getty Images
Radio-Canada

Apple exige désormais des développeurs d'applications mobiles qu'ils cessent d'utiliser des systèmes qui enregistrent les activités des utilisateurs d'iPhone à leur insu, sous peine de retirer ces applications de sa boutique en ligne, selon un article publié vendredi sur le site web TechCrunch.

Les conditions d'utilisation de l'App Store, la boutique en ligne d'applications mobiles d'Apple, « exigent que les applications demandent l'autorisation aux utilisateurs et leur disent, de façon claire et visible, quand elles enregistrent, téléchargent ou conservent d'une façon ou d'une autre l'activité de l'utilisateur », selon une déclaration d'Apple citée par le magazine en ligne spécialisé dans les technologies.

Si les développeurs ne cessent pas ces pratiques ou n'en avertissent pas les utilisateurs, leurs applications mobiles seront retirées de l'App Store, selon le fabricant de l'iPhone qui se pose régulièrement comme défenseur de la protection des données personnelles et critique les errements des autres géants technologiques en la matière, à commencer par Facebook.

Des applications populaires épinglées

Selon TechCrunch, certaines applications mobiles enregistrent en effet l'activité des utilisateurs à leur insu. Le magazine cite, par exemple, celles du voyagiste Expedia et du détaillant Hollister qui ne demandent pas la permission aux utilisateurs pour enregistrer leur activité.

« Même si les données confidentielles sont censées être masquées, certaines informations, comme les numéros de passeport ou de cartes bancaires, ont fuité », assure le magazine.

Concrètement, ces applications mobiles utilisent un code informatique, mis au point par une entreprise spécialisée appelée Glassbox, qui enregistre l'activité de l'utilisateur lorsqu'il se sert de l'application.

Facebook dans la ligne de mire d'Apple

La semaine dernière, Apple s'était fâchée contre Facebook après avoir appris que le réseau social avait rémunéré certaines personnes, dont de jeunes adolescents, pour qu'elles utilisent une application traquant leur activité en ligne.

Facebook avait assuré n'avoir rien caché aux utilisateurs participants, mais Apple interdit à une application mobile de récolter des données sur les autres applications installées sur un téléphone intelligent à des fins publicitaires ou d’analyse.

Avec les informations de Agence France-Presse

Applications mobiles

Techno